Infirmière : se reconvertir après 40 ans

 

De plus en plus, le schéma professionnel de chacun évolue. Nous ne passons plus 30 ans dans la même entreprise, il est plus fréquent d’oser essayer de nouvelles choses, de se reformer pour acquérir de nouvelles compétences.

 

La reconversion professionnelle est devenue un vrai sujet de société et elle est envisagée maintenant à tout âge.

 

Il n’en demeure pas moins que chaque âge à ses spécificités, ses contraintes et ses facilités aussi. Se reconvertir à 30 ans avec des enfants en bas âge, à 40 ans avec des collégiens et le prêt d’une maison à rembourser, à 50 ans quand on doute de son pouvoir d’attractivité sur certains marchés…

 

Tu as déjà pu découvrir sur le blog un article sur la reconversion après 50 ans :” Se reconvertir après 50 ans, une folie ?” . Nous y avons abordé la question de la quête de sens, de l’affirmation de soi, etc.

 

Aujourd’hui, intéressons-nous à la reconversion des IDE après 40 ans. Pourquoi décider de se reconvertir à cet âge ? Quelles sont les motivations, les challenges à relever ? Où trouver de l’aide ? Par quoi commencer ? Comment prendre soin de son état d’esprit pour réussir ?

 

Dressons un large tableau de la reconversion d’une IDE après 40 ans.

 

En tant qu’IDE, pourquoi se reconvertir après 40 ans ? Quelles sont les motivations ?

 

On note, à la quarantaine, de nombreuses motivations pour souhaiter se reconvertir professionnellement :

 

  • La volonté d’être plus aligné avec soi-même, de ne plus vouloir supporter un travail ou des conditions de travail qui ne nous conviennent plus.
  • Un burn-out, le corps qui s’exprime, qui dit STOP
  • L’envie d’exercer un métier passion, la peur de regretter de ne pas avoir sauté le pas
  • Un licenciement ou une réorientation économique de l’entreprise.
  • Une remise en question, Un bilan de milieu de vie, l’aspiration à un meilleur équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle.
  • Une grande envie de changer radicalement de mode de vie, de partir vivre à la campagne, de se reconnecter avec la nature. La crise que nous traversons en ce moment rebat les cartes dans ce domaine.

 

Quelles sont nos forces à 40 ans ?

 

À 40 ans…

 

  • Nous sommes plus capables d’exprimer ce qui nous convient, ce que l’on souhaite pour nous-même.
  • Nous avons une meilleure connaissance de nous-même : notre mode de fonctionnement, nos forces, nos difficultés.
  • Nous avons acquis plus de maturité, une meilleure capacité d’analyse et de prise de recul sur les gens et les situations.
  • Cette maturité nous permet de tirer des leçons plus productives de nos échecs passés.
  • On peut s’appuyer sur nos expériences professionnelles pour construire un CV et également discerner quelles sont nos qualités dans le cadre du travail.
  • Et dans ce cheminement de discernement, il nous est plus évident également de choisir les qualités à mettre en avant, à valoriser dans notre monde professionnel.
  • Pour la plupart, les quarantenaires sont à peu près sortis des couches, les enfants sont plus autonomes et ils ont plus de temps pour s’occuper d’eux-mêmes et de leurs projets.

 

Quels sont les freins rencontrés en général, les challenges à relever pour se reconvertir après IDE à 40 ans ?

 

40 ans, c’est un âge où on est “installé” dans la vie. Nous avons peut-être charge de famille, un prêt à rembourser, des économies en cours pour les études des enfants. Une vie riche de relations et de responsabilités, ce qui peut engendrer des craintes lors du désir de reconversion professionnelle. 

 

Diverses contraintes peuvent être évoquées :

 

  • Les contraintes matérielles : charge de famille, contraintes financières
  • Les contraintes ou freins psychologiques : peur de ne pas y arriver, peur du jugement des autres ou peur de voir trop grand.

 

Par quoi commencer quand on se lance dans une démarche de reconversion après IDE à 40 ans ?

 

C’est souvent la première question que tu te poses : Mais par où commencer ?

 

Le bilan de compétence avec une personne à l’écoute qui va pouvoir t’aider à déterminer ce que tu aimes et voudrais faire, tes aptitudes, tes points forts, les formations qui te conviendraient pour arriver à l’objectif.

 

Le plus important est de trouver du soutien et d’être accompagné dans sa démarche par des professionnels qui connaissent ton secteur d’activité précédent, les contraintes que tu as pu vivre au travail, les motivations pour entamer un changement.

 

Il n’est pas toujours nécessaire de tout quitter du jour au lendemain pour embrasser une nouvelle vie, les choses peuvent se faire de façon progressive. On peut garder son CDI et commencer à monter son projet en parallèle par exemple.

 

Tout réside dans l’accompagnement.

 

Comment prendre soin de soi et de son état d’esprit quand on entame un parcours de reconversion après 40 ans ?

 

Pour te lancer dans le parcours de la reconversion professionnelle, tu auras besoin de :

 

  • Être bien accompagné comme nous l’avons évoqué précédemment.
  • T’entourer de personnes motivantes et positives.
  • Multiplier les sources d’inspiration, les lectures, les podcasts, rester curieux sur les diverses possibilités qui s’offrent à toi.
  • Te dire que faire moins vite et mieux est l’assurance d’une reconversion réussie, prendre le temps de faire les choses bien.
  • Célébrer chaque étape !

 

Elles ont entamé le parcours ou bien ont sauté le pas :

 

Témoignages de ces femmes IDE qui se reconvertissent après 40 ans.

 

Témoignage d’Emilie

 

Peux-tu te présenter brièvement et présenter ton travail ou l’étape où tu en es dans ton parcours ? 

 

Je me nomme Emilie. J’ai 42 ans, mariée, deux enfants 6 et 10 ans et suis IDE depuis 2002. J’ai travaillé en intérim, dans le privé, le public, en libéral dans un cabinet et j’ai créé mon cabinet. 

 

Peux-tu raconter les étapes de ton parcours de reconversion ? 

 

J’ai d’abord fait le point sur ma situation et écouté mon intuition pour fixer un cap. Ensuite j’ai fait le point sur mon parcours et cela m’a permis de faire ressortir mes points forts et mes points faibles ainsi que mes valeurs. Cela m’a permis de comprendre que mon travail actuel (libéral) n’était plus en phase avec mes valeurs. J’ai analysé et compris mes peurs et blocages qui m’empêchaient de changer de situation. Enfin, j’ai pu regrouper mes idées et vérifier ces idées auprès de professionnels afin de confirmer ou infirmer mes idées de reconversion. À l’heure actuelle, je me forme en e-learning. 

 

Quelles ont été les motivations de cette reconversion ?

 

J’ai fait un burn-out.

 

 Où as-tu trouvé de l’aide ? Entreprise, organisme type Pôle Emploi ou aide de la ville par exemple ? 

 

Je n’ai trouvé aucune aide à part une prise en charge par le CPF pour mon bilan chez Charlotte K.

 

Quelles ont été les difficultés rencontrées ?

 

J’avais peur de ne pas y arriver et de retourner au point de départ.

 

Quels conseils donnerais-tu à une IDE de plus de 40 ans qui souhaite se reconvertir ?

 

Je lui conseillerais de faire un bilan chez Charlotte k pour y voir plus clair, car souvent on croit qu’on est faite que pour faire IDE (ce qu’on m’avait dit lorsque j’ai fait un bilan il y a 3 ans).

 

As-tu quelque chose à partager qui n’aurait pas été évoquée dans les questions précédentes ?

 

 Un bilan standard n’est pas fait pour nous, car on retombe souvent sur notre métier actuel et les personnes ne connaisse pas les spécificités, tous les dérivés que l’on peut faire ou le changement total j’ai trouvé de l’aide sur le groupe privé Facebook un gros plus.

 

Témoignage d’Audrey, en cours de reconversion

 

Peux-tu te présenter brièvement et présenter ton travail ou l’étape où tu en es dans ton parcours ? 

 

Je m’appelle Audrey, j’ai 41 ans, je vis en couple et j’ai 2 garçons. J’habite dans le Vaucluse à Sarrians près d’Avignon. Je suis infirmière depuis 15 ans en reconversion professionnelle pour ouvrir des chambres d’hôtes. 

Pour l’instant nous en sommes à la rénovation d’un mas provençal que nous avons acheté cette année. Tous les plans ont été pensés pour accueillir notre famille recomposée et recréer ainsi une maison à l’esprit familial, mais aussi pour accueillir de futurs hôtes dans une ambiance campagne chic en Provence.

 

Peux-tu raconter les étapes de ton parcours de reconversion ? Où as-tu trouvé de l’aide ? Entreprise, organisme type Pôle Emploi ou aide de la ville par exemple ? 

 

Je partais de zéro, j’avais tout à apprendre et dans le cadre de mon CPF j’ai pu bénéficier de 2 jours de formation sur les réseaux sociaux et la communication avec @olivia.mahieu une Coach digitale dynamique. 

 

J’ai donc ouvert mon compte professionnel Instagram @lemasdelagarde qui est le nom de notre Mas, afin de partager mon projet professionnel.

C’est aussi là que j’ai découvert Instagram, mon réseau social principal, le partage, la photo, la scénographie, la création d’un contenu divertissant. Derrière les comptes et les écrans cela reste une aventure humaine malgré le côté digital du réseau social.

J’ai d’ailleurs déjà rencontré beaucoup de personnes et l’échange est toujours très enrichissant. 

Je réfléchis déjà à une future formation photos et à la création d’un blog, pour mon plaisir, mais surtout pour partager mes passions, la décoration, la chine, la vie à la campagne…

 

Quelles ont été les motivations de cette reconversion ?

 

Je me suis essoufflée dans le domaine médical, je n’exerce plus mon métier comme je l’imaginais. Le manque de reconnaissance, de moyens et une population de plus en plus exigeante m’a fait ne plus me sentir à ma place.

Après une remise en question et un tournant dans ma vie personnelle, je me suis rendu compte que j’avais envie de plus en plus de légèreté dans ma vie.

J’ai toujours été passionnée par la décoration, les activités manuelles et l’accueil de nos amis et de la famille pour certaines occasions. Ce sont des soupapes de sécurité, une sorte de leviers pour moi quand le quotidien médical est trop lourd. L’idée d’accueillir et de « Cocooner » des hôtes dans une maison de famille à la campagne est une autre manière de prendre soin des autres dans un esprit plus positif je pense. 

 

Quelles ont été les difficultés rencontrées ?

 

Les difficultés principales que je rencontre sont la gestion du temps pour alimenter mon compte Instagram, car je travaille toujours à 90 % à l’heure actuelle. Je suis assez perfectionniste, je ne sais pas faire les choses à moitié,  je préfère privilégier la qualité pour la création de mon contenu, même si je suis moins présente pour l’instant. Dès l’ouverture de mes chambres d’hôtes, je pourrai m’y consacrer à 100%. Mon rêve aussi serait de proposer notre mas pour des lieux de shooting, accueillir des petites réunions de famille (baptêmes, mariages…), mais aussi si mon regard plaît pourquoi pas shooter pour des marques de décoration. Il faut voir haut !

Pour l’heure, j’ai encore le temps de penser à la formation de la création d’une entreprise avec la CCi de mon département.

 

Quels conseils donnerais-tu à une IDE de plus de 40 ans qui souhaite se reconvertir ?

 

De se poser les bonnes questions afin de faire une introspection de sa personne. Savoir quelles sont ses propres valeurs autres que le soin, l’aide, l’empathie, le don de soi.

Savoir s’écouter, faire un coaching personnel peut aider à mieux se connaître et, à savoir ce que l’on veut et surtout ce que l’on ne veut plus !

 

C’est quand même avec soi-même qu’on passe le plus de temps dans sa vie et l’idée d’être une personne épanouie de nos jours est à mon sens indispensable. Se reconvertir c’est choisir, et choisir c’est renoncer, mais il faut savoir renoncer avec le moins de regrets possible. Pas de regrets que des remords !

 

Témoignage de Sandrine

 

Peux-tu te présenter brièvement et présenter ton travail ou l’étape où tu en es dans ton parcours ?

 

Je m’appelle Sandrine, j’ai 41 ans, je suis mariée et maman de deux adolescents de 16 et 13 ans. Je suis une slasheuse, c’est-à-dire que je cumule plusieurs activités et statuts. 

Je suis infirmière intérimaire en santé au travail à temps partiel et je suis coach et consultante en reconversion professionnelle en statut d’indépendante (micro-entreprise) depuis 05/2021.

 

Pour le moment, je conserve mon statut de salariée pour une transition en douceur. L’idée est de développer mon activité d’indépendante au fil de mes envies et aspirations.

 

Peux-tu raconter les étapes de ton parcours de reconversion ?

 

Je suis passée par de nombreuses étapes et je chemine et affine de semaine en semaine mon parcours !

 

Avec le recul, je dirai que ma première étape a été de prendre conscience que j’étais en burn out avec les impacts que cela a eus sur ma vie personnelle. Il m’a fallu plusieurs mois, voire années avant de réaliser que mon mal être intérieur, que la pression quotidienne n’étaient pas transitoires. Je ne me reconnaissais plus. J’ai donc décidé de faire un bilan de compétences pour faire le point sur ma vie professionnelle.

Deux options de reconversion sont ressorties :

1 – orthophoniste : je me suis inscrite à une préparation au concours en parallèle d’un poste d’infirmière en laboratoire. J’étais sur liste complémentaire sur la fac de Lille. Je ne suis jamais arrivée sur liste principale.

 

La nécessité et l’envie de travailler m’ont poussé à chercher un autre poste. Comme je cherchais du relationnel, j’ai pris un poste d’infirmière coordinatrice dans un foyer de vie pour adultes souffrant de troubles psychiques. Ce poste m’a beaucoup apporté en termes de confiance en moi et prise de responsabilités. L’idée de me reconvertir était toujours présente et prégnante. Du coup, j’ai décidé de me former pour cheminer vers la deuxième option de mon bilan de compétences.

 

2 – consultante en gestion de carrière : parallèlement à mon poste de coordinatrice, je m’inscris à une formation certifiante RNCP en gestion de carrière. Fière d’avoir obtenu ma certification, je postule auprès d’entreprises et établissements qui accompagnent la reconversion des personnes. Malheureusement, je n’ai pas la chance de trouver de poste ! Après une phase de doute et de démotivation, je ne lâche pas mon envie d’accompagner les femmes dans leur reconversion professionnelle. Un jour, je tombe sur le site de Charlotte K et son parcours m’inspire et m’intrigue. Je décide de la contacter via son formulaire. Nous discutons pendant plus d’une heure et m’informe qu’elle ne cherche pas à agrandir l’équipe.

Un mois plus tard, appel de Charlotte, les demandes de bilan de compétences augmentent et elle recrute ! Bingo ! Mon souhait se réalise !

 

Dans la foulée, je crée ma micro-entreprise, je me déclare en tant qu’organisme de formation. Je deviens consultante en reconversion professionnelle et collaboratrice de Charlotte.

Comme j’ai pris goût à retourner sur les bancs de l’école, j’intègre en 04/2021 une formation certifiée de coach en neurosciences. Je suis donc IDE/Consultante en reconversion professionnelle/Coach certifiée en neurosciences

 

Quelles ont été les motivations de cette reconversion ?

 

L’envie de faire un job passion. L’envie de me sentir alignée et d’avoir du plaisir à travailler. L’envie de rendre les gens heureux et de les aider aussi à faire leur cheminement, à prendre conscience de leur potentiel et à avoir confiance en eux.

 

Où as-tu trouvé de l’aide ? Entreprise, organisme type Pôle Empoi ou aide de la ville par exemple ?

 

J’ai trouvé plusieurs types d’aide.

Le soutien et appui de mon mari et mon entourage tout au long de mes nombreuses péripéties !

L’aide financière pour mes diverses formations : CPF et financement personnel.

La bonne étoile : Charlotte qui m’a fait confiance et m’a permis de débuter dans le métier !

 

Quelles ont été les difficultés rencontrées ?

 

– la première difficulté était d’identifier le métier qui me faisait vibrer

– de trouver quelqu’un qui me laisse la chance de prouver mes compétences de consultante

– garder la motivation malgré les différents refus ou non réponses aux candidatures

– les peurs et doutes de mes parents face à mon envie de reconversion

 

Quels conseils donnerais-tu à une IDE de plus de 40 ans qui souhaite se reconvertir ?

 

Quitter un métier, avoir envie de se reconvertir n’est pas le signe d’un échec, mais l’évolution normale de notre vie : le changement fait partie de la vie, la vie est un perpétuel changement !

Le chemin peut être long et semé d’embuche, mais il en vaut la peine !

L’étape essentielle est de prendre le temps de se connaître avant de décider où l’on va

Le bilan de compétences est une étape de la reconversion. Une reconversion peut prendre des années,en l’occurrence 5 ans pour moi !

Choisir un métier qui fait sens, qui nous nourrit

 

As-tu quelque chose à partager qui n’aurait pas été évoquée dans les questions précédentes ?

 

S’entourer des bonnes personnes est essentiel, savoir demander de l’aide est primordial, croire en nous et en notre projet ! Transformer les difficultés en challenge à relever !

 

 

  • Si tu es infirmière ou infirmier et que tu cherches à te reconvertir ou évoluer professionnellement, viens rejoindre le groupe Facebook d’IDE en quête d’évolution professionnelle !
  • Si tu souhaites atteindre ta vie IDEale, viens découvrir mon accompagnement pensé par et pour les infirmières en quête d’évolution ou de reconversion professionnelle.
5/5 - (1 vote)

Ce contenu est protégé par des droits d'auteur

Tu es INFIRMIÈRE et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmière

Ton inscription est confirmée ! Vérifie dans ta boîte mail (et spams), tu as dû recevoir ton 1er conseil !

Tu es INFIRMIER(E) et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement ?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmier(e)

Ton inscription est confirmée ! Je viens de t'envoyer ton premier email -Charlotte

Share This