Qu’est-ce qu’une infirmière ASALEE ? Quel est son rôle, sa formation, son quotidien et son salaire ?

Le dispositif ASALEE, créé en 2004 est encore très peu connu des IDE qui se posent des questions sur ce cadre d’exercice.

Dans cet article, on va découvrir ensemble ce dispositif de collaboration.

 

 

Infirmière ASALEE : Définition

ASALEE est un acronyme qui signifie : Action de SAnté Libérale En Equipe.  Il s’agit d’un dispositif, porté par une  association loi 1901, dont le but est d’améliorer la prise en charge des maladies chroniques, en médecine de ville. Un protocole de coopération permet des délégations d’actes ou d’activités des médecins généralistes vers des infirmières déléguées à la santé publique (IDSP) au sein d’un cabinet médical.

 

Bref historique

 

Le dispositif ASALEE est créé, en 2004, à l’initiative d’un médecin généraliste (le Dr. Jean Gautier) et d’un ingénieur (Amaury Derville) ayant l’expérience des systèmes d’information médicale, avec le soutien des médecins de santé publique, dont le Pr. Stéfan Darmoni. L’idée consiste à associer un(e) infirmier(e), formé(é) et outillé(é), avec des médecins généralistes, pour contribuer à l’amélioration de la prise en charge globale des patients, présentant des pathologies chroniques ou des facteurs de risques, en leur permettant, par l’éducation thérapeutique , un suivi et une écoute approfondis , d’acquérir plus d’autonomie dans leur vie quotidienne. L’infirmier(e) devient alors un « infomédiateur(trice) » entre le patient et le médecin, plus disponible et facile d’accès que le médecin, plus concis et pertinent que le patient.                                                                               

On observe deux phases dans le déploiement du dispositif : 2004 à 2008 le dispositif ne se développe que dans son département d’origine, les deux sèvres. Il est consolidé en 2005 avec la création de l’association loi 1901 , Asalée, dont le bureau est composé de 6 médecins généralistes et d’un ingénieur. Les infirmiers(ères) de santé publique Asalées, sont salariés(ées) de l’association et se concentrent sur la prévention, le dépistage et l’accompagnement de patients atteints de pathologies chroniques ou de facteurs de risques.                                                                                

A partir de 2008  et surtout de 2012 ,  le dispositif se développe au niveau régional puis national grâce au soutient croissant de l’état ce qui  permet  une stabilisation des financements, mais apporte aussi son lot de contraintes. Les médecins délèguent des actes techniques à l’infirmier(ère) , sous couvert de protocoles validés par la Haute autorité de Santé , en application des dispositions de l’article 51 de la loi hôpital, patients, santé et territoires (HPST), ce qui leur permettrait d’économiser du temps. Dans les faits, les médecins mettent plutôt l’accent sur un meilleure prise en charge des patients, plus globale avec plus de prescriptions mais moins d”hospitalisations aigües, et sur un plus grand confort de travail, certains médecins  rapportent également une transformation de leur relation avec les patients qui, connaissant mieux leur maladie, se placent dans une position différente vis-à-vis d’elle : ils considèrent alors le médecin comme un allié plutôt que comme une autorité prescriptrice. 

On dénombre environ  une infirmière Asalée pour 5 médecins généralistes, le dispositif se développe largement dans les maisons de santé pluri-proféssionnelles. 

 

Infirmière ASALEE : Quel mode de fonctionnement ?

 

Les principes fondateurs du dispositif Asalée tendent à favoriser l’autonomie des différents acteurs du soin : patients, infirmier(ères) et médecins, en s’articulant sur les souhaits du patient. 

Les séances ne coûtent rien au patient car elles sont prises en charge par l’association Asalée  qui bénéficie d’une convention avec le ministère de la Santé et  touche un budget, par infirmier, qui est versée par la Cnamts via la Cpam de Niort, la caisse pivot 

  •  En pratique comment ça fonctionne ?  

1-   Le médecin identifie, avec les infirmier(,ères) , les patients éligibles à chaque protocole

2-  Le médecin invite le patient à voir l’infirmier(ère) en consultation

3- L’infirmier(ère) reçoit le patient et convient avec lui d’un suivi : Éducation thérapeutique et actes dérogatoires.

4- L’infirmier(ère) fait une évaluation de chaque consultation et un compte rendu

5- Le médecin et l’infirmier(ère) se rencontrent régulièrement pour se concerter.

  • Quels types de pathologies ?

1-Dépistage et suivi du diabète de type2

2-Suivi des patients à risques cardio-vasculaires

3-Dépistage de la BPCO et suivi du patient tabagique

4-Repérage des troubles cognitifs

5-Participation aux campagnes de dépistage des cancers colo-rectal et du sein 

Qu’est ce qu’un(e) infirmière ASALEE ?

 

Les infirmiers(ères)  Asalées sont des délégués(es) à la santé publique (IDSP), avant tout formés(ées) à l’éducation thérapeutique, par conséquent complémentaire des soins infirmiers classiques, qu’ils(elles) sont donc loin de concurrencer. (L’association n’intervient qu’en complément des soins, souvent en interdisciplinarité, et il n’est aucunement question de se substituer aux Idel). Ils (elles) disposent d’une grande liberté, par leur savoir-être et leur savoir-faire, pour organiser leurs consultations, d’environ une heure qui se déroulent à proximité du cabinet médical ou au sein d’une maison de santé pluri-disciplinaire. 

Le dispositif Asalée est construit sur le postulat que le patient doit rester au centre des consultations. Il est donc écouté et accompagné, afin de devenir acteur de la prise en charge de sa pathologie, ou partie prenante de la prévention et de l’éducation à sa santé, au plus près de son lieu de vie.

Les infirmiers(ères) privilégient une prise en charge individuelle, globale, bio-psychosociale, en partenariat avec d’autres soignants, ils (elles) mobilisent les ressources du patient et tiennent compte de son autonomie et de son rythme.  Les infirmiers(ères) sont les pivots de l’alliance médecins-infirmiers-patients.

Au cours de leurs consultations les infirmiers(ères) Asalée :                                                                              

  •  Organisent les rendez-vous en concertation avec le patient
  • Écoutent, identifient les besoins,les difficultés du patient, reformulent, informent, proposent des apprentissages, développent les connaissances, les compétences des patients et les encouragent en s’appuyant sur leurs réussites.
  • Réalisent des actes techniques et prescrivent des examens complémentaires.
  • Surveillent les données des patients qu’ils(elles) suivent.
  • Échangent avec le médecin sur le suivi des patients
  • Saisissent leur activité (sur le portail santé Asalée)
  • Assistent à des rencontre obligatoires avec les autres infirmiers(ères) Asalées de leur secteur, toutes les six semaines, afin de réaliser des analyses de pratiques et des autoformations. Ces réunions sont aussi, à la  fois l’organe de contrôle des pratiques par les pairs, en même temps qu’un creuset d’idées. C’est en effet de ces réunions qu’émergent de nouveaux protocoles soumis aux référents nationaux, qui opèrent «une écoute active du terrain» Au besoin,  la collaboration avec les médecins, eux aussi invités à la réunion, est évoquée. Cette réunion de secteur est aussi considérée comme une journée de formation continue. Pendant une demi-journée, l’intervention d’un acteur extérieur au réseau permet d’approfondir les connaissances sur un thème défini en commun par les IDE du secteur. 
  • Certains(es) peuvent participer au recrutement et à la formation d’autres intervenants Asalée.

 

Les actes techniques et la prescription des examens complémentaire de l’infirmière ASALEE

 

  • Suivi patients diabétiques de type 2
  • Réalisation : Examens du Pied et monofilament
  • ECG (hors interprétation)
  • Prescription : biologies, ECG, fond d’œil, examens du pied
  • Suivi cardio vasculaire :  Réalisation: ECG (hors interprétation)     
  • Patient tabagique : suivi et identification du risque BPCO :   Prescription et réalisation – Spirométrie 
  • Repérage troubles cognitifs : Tests et  repérage à domicile    

 

Comment devient-on infirmière ASALEE ?

 

Les infirmiers(ères) désirant intégrer le dispositif Asalée doivent faire acte de candidature auprès de l’association Asalée ,dans un secteur validé par l’ARS et Asalée et disposant de médecins volontaires déjà recrutés. Ils(elles) doivent s’engager à l’intégralité du cahier des charges et choisir leur mode d’exercice. Passé cette étape ils(elles) devront suivre une formation dispensée par l’association Asalée comprenant : 

  •  Les Modules dérogatoires :   anatomophysiologie, pathologie, éléments de suivi, conditions      d’exécution du volet dérogatoire en  présentiel
  • Modules ETP :cycle des «40h00» dispensé en 2 modules par  un formateur agréé en présentiel
  • Module compagnonnage :  Tournée initiale de 3 jours sur des sites déjà expérimentés  sur le terrain
  • Module système d’information :  utilisation du logiciel de gestion de cabinet en contexte ASALEE, formation à l’outil de suivi ASALEE  en téléenseignement 

 

Infirmière ASALEE et Infirmière en pratique avancée quelle différence ?

 

L’IPA et l’IDE Asalée exercent tous deux missions élargies par rapport au métier d’IDE et travaillent en étroite collaboration avec les médecins. Toutefois, les missions concernées ne sont pas les mêmes. En effet, l’infirmier (ère) Asalée réalise, notamment, beaucoup d’éducation thérapeutique du patient (ETP). D’autre part, les formations qui mènent à ces deux métiers sont différentes.

La formation Asalée est réalisée par l’association du même nom et ne débouche pas sur un diplôme d’Etat. Elle permet uniquement à l’IDE de participer au dispositif de coopération Asalée. 

La formation IPA, est dispensée par les universités. Elle débouche sur l’obtention du Diplôme d’Etat d’Infirmier de Pratique Avancé (DEIPA) qui confère un grade Master Il. 

 

Infirmière ASALEE, quel statut ?

 

Le statut de salariées pour la majorité des IDE. Jean Gautier y  tient. Ne serait-ce que pour des questions de disponibilité. Le temps infirmier doit être donné sans compter dans la démarche de l’éducation thérapeutique. 

Mais Asalée compte aussi des infirmières à temps partiel, ayant une activité libérale, qui peuvent être, au choix, rémunérées en honoraires bruts ou à la vacation temps partiel salarié. Lorsqu’elles sont en honoraires, elles facturent à Asalée le temps de travail selon une grille de rémunération établie, charges sociales inclues.

En 2018, sur les 500 infirmières Asalée, ce qui correspond à 267 équivalent temps plein, 25 % étaient libérales. Ces dernières passaient en moyenne 1,5 journée par semaine en tant qu’infirmière Asalée. « Si elles exercent seules, il est difficilement envisageable d’intégrer le dispositif.  Elles doivent avoir conscience qu’il s’agit d’une journée par semaine entièrement dédiée à Asalée »,précise le Dr Gautier. 

Les médecins sont aussi rémunérés, modérément, depuis 2012 pour le travail de debriefing avec l’infirmière mais qui n’est en aucun cas leurs salariée, et il n’existe aucun lien de subordination entre les médecins et l’infirmier(ère).

 

Quel salaire ? Quel avenir ?

 

En  2017 le salaire d’une IDE Asalée était  compris entre 1820 et2200 euros net plus primes.

Un nouveau profil d’IDE Asalée émerge. Les nouvelles recrues ont de plus en plus un parcours essentiellement tourné vers l’éducation thérapeuthique.

Certaines détiennent un DU, d’autres un master.

Cette tendance laisse espérer à Asalée, une montée en gamme dans les prochaines années. Une meilleure couverture territoriale qui pourrait être considérée comme une prévention à la désertification médicale. Les infirmiers(ères) Asalée ont pour seul objectif d’identifier les enjeux de santé publique et de développer de nouveaux modes de prise en charge pour y répondre. La mise en place récente du nouveau protocole sur le sevrage tabagique est un exemple.

A noter également l’engagement d’une réflexion sur l’extension du dispositif à d’autres de suivis de pathologies  : Tels que celui de l’insuffisance cardiaque, de l’obésité, de la cancérologie, etc. 

Tu es INFIRMIÈRE et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmière

Ton inscription est confirmée ! Vérifie dans ta boîte mail (et spams), tu as dû recevoir ton 1er conseil !

Tu es INFIRMIER(E) et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement ?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmier(e)

Ton inscription est confirmée ! Je viens de t'envoyer ton premier email -Charlotte

"De ma vie d'IDE à ma vie IDEale"

est actuellement fermée

Mais tu peux dès maintenant rejoindre la liste d'attente pour faire partie des premiers à être prévenus de la sortie de la prochaine session !

Ton inscription est confirmée ! Pour patienter, je viens de t'envoyer un premier email avec des conseils utiles à ta reconversion -Charlotte

Pin It on Pinterest

Share This