S’installer en tant qu’infirmière libérale : Où, quand, comment ?

 

Infirmière diplômée d’État, vous avez décidé de vous lancer dans l’aventure du libéral et cette installation soulève de nombreuses problématiques tant administratives que financières ou humaines.

Par où commencer ?

Quelles sont les démarches à effectuer et auprès de quels organismes ?

Nous allons vous apporter un éclairage sur ces quelques points.

 

Quand, dans sa carrière, est-il possible de s’installer en tant qu’infirmière libérale ?

 

Pour envisager une installation comme infirmière libérale, il faut justifier d’un certain nombre d’heures travaillées en structure de soin :
– Dans les 6 ans précédant la demande, votre expérience professionnelle doit être de 24 mois soit 3200 heures au sein d’une structure de soins généraux.
– Ou bien, il vous faudra justifier d’une expérience professionnelle de 6 mois (800 heures) en tant que remplaçant d’un infirmier conventionné en plus des 18 mois (2400 heures d’expériences) déjà effectués dans une structure de soins généraux.

 

Où s’installer en tant qu’infirmière libérale ?

 

Les conditions d’installation sont sectorisées. En fonction du lieu où vous souhaitez vous installer, les possibilités ne sont pas les mêmes.

On compte 3 zones avec des fonctionnements différents.

 

1- Installation dans les zones dites “sur-dotées”

 

Il n’est possible de s’installer dans les zones “sur-dotées” qu’en prenant la succession d’un infirmier cessant définitivement son activité. La demande d’installation fait alors l’objet d’un dossier de conventionnement spécifique.
La caisse d’assurance maladie tient à jour le fichier des postes qui sont disponibles.

 

2- Installation dans les zones intermédiaires ou très dotées à la périphérie des zones “sur-dotées”

 

Dans ces zones, l’activité est encadrée. Pour s’y établir en tant qu’infirmière libérale, il faut s’engager à réaliser les deux tiers de son activité dans sa zone d’installation.

 

3- Dans les zones “sous-dotées”

 

L’installation y est fortement favorisée. La caisse d’assurance maladie a mis en place un contrat incitatif qui permet de recevoir une aide forfaitaire annuelle et une prise en charge des cotisations à l’URSSAF.

 

Comment s’installer en tant qu’infirmière libérale ?

 

Tout d’abord, il convient de déterminer si l’objectif est d’acheter une patientèle ou de monter son propre cabinet d’infirmière libérale. Les démarches effectuées auprès d’un cabinet déjà existant sont peut-être un peu moins fastidieuses.

 

Le point administratif, petite check list

 

L’installation en tant qu’infirmière libérale demande quelques démarches administratives listées ci-dessous. Il vous faudra :
– Être rattachée à un local professionnel, local adapté aux règles fixées par le Code
de la Santé Publique et le Code de Déontologie des Infirmiers (seul les infirmières
libérales qui souhaitent être conventionnées sont tenues de respecter ces règles.)
– Se positionner sur la question de convention. Une infirmière libérale peut être
affiliée à la Convention Nationale des Infirmiers ce qui lui permet alors de proposer
un meilleur remboursement à ses patients.
– S’inscrire au Conseil de l’Ordre des Infirmiers de son lieu de travail et avoir sa
cotisation à jour.
– Enregistrer son diplôme d’État à l’ARS rattachée à son lieu d’activité dans le 1er
mois d’exercice pour obtenir un numéro ADELI.
– S’enregistrer à la CPAM du département d’exercice. C’est elle qui fournit la carte de
professionnel, les logiciels de télétransmission, les feuilles de soin, etc.
– Déclarer son début d’activité libérale au centre de formalités des entreprises situé
à l’URSSAF. Cela permet de bénéficier d’une couverture sociale, d’un numéro de
SIRET et d’un régime fiscal.

– S’affilier à la CARPIMKO (caisse autonome de retraite et de prévoyance des
infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures, podologues, orthophonistes et
orthoptistes), organisme d’assurance vieillesse pour les auxiliaires médicaux.
– S’assurer à un contrat de responsabilité civile professionnelle ou RCP.
– S’équiper d’un logiciel de télétransmission et d’un lecteur de carte vitale.
– Déclarer ses fichiers patients à la CNIL.

 

Le point juridique

 

Comme il s’agit d’une activité libérale réglementée soumise au Code de la santé, le statut d’auto-entreprise est interdit.

Mais d’autres statuts sont possibles :

– Les Sociétés d’exercice en libéral ou SEL crées pour ce cas de figure, constituées
d’associés et d’un gérant et qui existent sous différentes déclinaisons.
– Les Sociétés Civiles de Moyens ou SCM qui permettent de mettre en commun les
moyens du cabinet, locaux et matériels, afin de partager les couts. Les revenus de
l’activité peuvent être partagés ou non.
– Les sociétés civiles professionnelles ou SCP qui permettent la mise en commun
de l’activité. Les associés partagent alors les moyens, la patientèle et les bénéfices
de leur société.

 

Le point financier

 

S’installer en tant qu’infirmière libérale implique des investissements et des charges qu’il faut bien mesurer.

Voici quelques exemples de charges fixes que vous pourriez retrouver :
– le local et les frais de location
– l’aide d’un expert-comptable ou l’abonnement à un centre de gestion agréé
– le logiciel de gestion infirmier
– les diverses assurances notamment la RCP
– les diverses taxes, impôts et cotisations
Il faut compter également l’investissement de base de l’achat d’une patientèle ou d’un fond
de roulement pour une création de cabinet.

 

S’installer ou devenir infirmière libérale : sous quel statut ?

 

En tant qu’infirmière libérale, on peut exercer sous 3 statuts différents :  IDEL titulaire, IDEL collaborateur/collaboratrice ou encore IDEL remplaçante.

Je vais décrire pour chaque option, les avantages et les inconvénients, en m’appuyant sur les dizaines de témoignages d’infirmière libérales que j’ai pu accompagner dans mon activité d’accompagnantes à la reconversion spécial IDE.

 

Devenir infirmière associé ou titulaire

 

On parle d’associé lorsqu’il y a plusieurs titulaires au sein du cabinet.

Pour devenir infirmière associé ou titulaire il faut racheter une patientèle, créer cabinet ou encore récupérer un cabinet déjà existant en fonction des opportunités ou de ta région.

Les avantages du statut d’infirmière libérale associée, c’est qu’il s’agit de ton cabinet, tu peux décider (en fonction de ta zone géo encore une fois), si tu souhaites prendre en charge tel ou tel patient, tu peux décider que la politique du cabinet, plus ou moins des horaires (encore une fois à prendre avec des pincettes), car tu décides de prendre en charge tel ou tel soin.

En tant qu’infirmière libérale titulaire ou associée, tu peux revendre tes parts en partant. On vend un cabinet entre 20 et 50% du CA (chiffre d’affaire) moyen des 3 dernières années.

Pour la revente du cabinet, cela dépend, une fois encore, de si ta région est sur-dotée, tous dotée ou intermédiaire.

Les inconvénients du statut d’infirmière libérale associée sont notamment la charge travail physique et psychologique. C’est ton cabinet, donc tu es soit locataire, soit propriétaire des locaux, tu t’occupes, avec tes éventuel(le)s associés, des frais d’électricité, d’internet, du ménage du cabinet, etc… et de toute la partie administrative.

L’autre inconvénient, je dirai la partie off, en un mot : le téléphone.

 

Devenir infirmière collaboratrice

 

Une infirmière libérale collaboratrice travaille sous un contrat de collaboration avec un cabinet infirmier. C’est un peu comme un CDI pour les salariés. L’infirmière libérale collaboratrice n’est pas titulaire du cabinet. Donc elle n’a pas besoin d’acheter une patientèle à l’arrivée et a juste un délai de préavis pour partir du cabinet au moment où elle le souhaite.

L’IDEL collaboratrice est payée directement par les caisses (CPAM, Mutuelles). La plupart du temps elle garde l’intégralité des honoraires et participe aux frais du cabinet mais certains cabinets fonctionnent aussi avec un système de rétrocession.

L’avantage de ce statut, ce que infirmière libérale collaboratrice n’a pas besoin de racheter une patientèle à l’arrivée, c’est idéal si tu ne sais pas si tu vas rester dans ta région, si tu n’est pas sûr de faire longtemps en tant qu’IDEL, etc…

L’inconvénient, c’est que du coup, au moment de partir, même si tu as participé à l’acquisition d’une patientèle, tu ne revends rien en partant. Mais en fonctions des régions, la vente de patientèle ne se pratique presque plus, donc c’est également à voir en fonction de ta zone géographique.

 

Devenir Infirmière remplaçante

 

Quand on est infirmière remplaçante, on remplace une IDEL, pour une durée déterminée. On est donc lié par un contrat à l’IDEL. C’est un peu comme un CDD pour les salariés.

L’IDEL remplaçante est payée à l’acte. C’est la titulaire ou la collaboratrice qui va toucher les honoraires et va rétrocéder une partie des honoraires. (Elle va garder entre 5 et 10 % pour elle, pour payer ses charges).

Ce statut d’infirmière libérale remplaçante est très avantageux lorsque l’on souhaite commencer à mettre un pied dans le monde du libéral. Le grand avantage du statut de remplaçante, c’est aussi que l’on peut décider de travailler quand on veut. (Toutefois cela peut varier en fonction du type de contrat, on peut être appelé à finalement travailler des weekend, etc, alors que l’on en a pas vraiment envie).  Donc oui, infirmière libérale remplaçante, on est plutôt libre mais cela dépend du contrat que l’on a.

En terme d’inconvénients, il y a d’abord cette position, un peu de « stagiaire », de « nouvelle », en fonction du temps que l‘on fait dans un cabinet. Ce côté où l’on ne décide pas si oui on non on prend en charge tel ou tel patient, et le fait que l’on dépende un peu du bon vouloir de l’infirmière titulaire (encore une fois selon les cabinets).

Bien évidement ce n’est pareil dans tous les cabinets, d’où l’intérêt de bien se renseigner en amont, de demande un entretien et de poser toutes ses questions à l’infirmière titulaire.

Quelles sont les démarches pour effectuer des remplacements ?

 

Quid des remplacements en cabinet ?

 

Si, pour différentes raisons, vous souhaitez faire des remplacements dans un cabinet, voici quelques points à connaitre.

 

  • Vous devez avoir effectué 2400 heures ou 18 mois de travail en tant que salarié dans une structure de soins durant les 6 années qui précèdent.

 

  • Les inscriptions dans les divers organismes mentionnés ci-dessus restent obligatoires : CPAM, Conseil de l’Ordre pour obtenir une autorisation préfectorale de remplacement (autorisation à renouveler annuellement), ARS pour l’obtention du numéro ADELI, Centre de Formalités des entreprises car vous serez assujetti aux mêmes charges sociales, fiscales et comptables qu’une infirmière “installée” en cabinet. Pensez également à l’URSSAF et la CARPIMKO.

 

  • Vous devez souscrire à un contrat de responsabilité civile professionnelle ainsi qu’à un contrat pour votre véhicule pour profession libérale.

 

  • Un contrat sera établi entre l’infirmière remplacée et l’infirmière remplaçante pour définir les conditions d’exercice. Une copie de ce contrat sera à transmettre au Conseil de l’Ordre.

 

Le petit + à savoir pour faciliter son installation en tant qu’infirmière libérale.
Les démarches d’installation peuvent être faites en ligne sur le site installation-idel.ameli.fr.

Ce contenu est protégé par des droits d'auteur

Tu es INFIRMIÈRE et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmière

Ton inscription est confirmée ! Vérifie dans ta boîte mail (et spams), tu as dû recevoir ton 1er conseil !

Tu es INFIRMIER(E) et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement ?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmier(e)

Ton inscription est confirmée ! Je viens de t'envoyer ton premier email -Charlotte

"De ma vie d'IDE à ma vie IDEale"

est actuellement fermée

Mais tu peux dès maintenant rejoindre la liste d'attente pour faire partie des premiers à être prévenus de la sortie de la prochaine session !

Ton inscription est confirmée ! Pour patienter, je viens de t'envoyer un premier email avec des conseils utiles à ta reconversion -Charlotte

Télécharger le programme

 

Renseigne tes coordonnées pour télécharger le programme

 

Merci pour votre intérêt, consultez votre boîte mail pour récupérer le programme

Share This