Qu’est-ce qu’une infirmière libérale ?

 

Il existe, en tant qu’infirmière, différents modes d’exercices et de nombreuses structures dans lesquelles tu peux travailler.

Penchons-nous aujourd’hui sur le métier d’infirmière libérale.

Qu’est-ce qu’une infirmière libérale ? Quelles sont ses missions au quotidien ? Y-a-t-il différents statuts, des opportunités d’évolution professionnelle ? Et qu’en est-il du salaire ?

 

Autant de questions auxquelles je vais répondre dans cet article avec l’aide d’infirmières libérales qui ont accepté de témoigner de leur quotidien professionnel.

Tu vas le voir, de par leur présence sur le terrain, les IDEL sont un maillon indispensable de la chaine de soin.

Cet article est le premier d’une série qui fera un tour complet de la question de l’exercice en libéral.

Nous étudierons également plus attentivement le salaire et le processus d’installation en libéral dans les prochaines semaines.

 

Qu’est-ce qu’une infirmière libérale ?

 

Coralie, IDEL rencontrée sur le groupe Facebook, m’a donné une réponse qui constitue une belle introduction :

« Une infirmière libérale pour moi, c’est une professionnelle de la santé qui prend en charge son patient dans sa globalité à la fois dans son rôle propre et son rôle sur prescription et tout cela dans un environnement familier.

Pour moi, il faut être soignant et très à l’écoute car les gens ont donc un comportement bien différent à domicile qu’à l’hôpital. Et il faut faire preuve pour cela d’une grande capacité d’adaptation.

Une suffisante autonomie est nécessaire pour gérer le côté somatique et toute la prise en charge administrative d’un autre côté.

Pour être infirmière libérale, il faut être à la fois infirmière, chef d’entreprise et pouvoir passer d’une casquette à l’autre sans aucun problème sans compter toute la charge administrative au point de vue des logiciels et sécu pour les différentes démarches à faire.

Car il ne faut pas oublier que nous sommes aussi soumises à une pression constante de nos instances supérieures. »

 

Comme tu le découvres dans le témoignage de Coralie, une infirmière libérale est une infirmière diplômée d’Etat qui a choisi de travailler de manière indépendante, à l’inverse des IDE salariées qui travaillent dans des établissements de soin.

Les infirmières libérales ou IDEL sont donc des « travailleurs indépendants ».

Elles obéissent au code d’éthique et de déontologie de toutes les IDE et sont personnellement responsables de leurs actes. Aucune structure, aucune hiérarchie ne les soutient.

 

Il n’est pas obligatoire d’être conventionné en tant qu’IDEL. C’est un choix à faire au départ.

Si l’IDEL signe la convention, elle a des droits et des devoirs. Cela veut dire qu’elle accepte les termes de la Convention nationale qui régit les rapports entre les infirmiers libéraux et les organismes d’assurance maladie.

L’exercice non-conventionné existe donc mais il est plus rare.

Les infirmières libérales peuvent exercer seules ou se réunir au sein d’un cabinet libéral.

Nous verrons dans un chapitre dédié la rémunération et les différents modes d’exercice.

 

Quelles sont les conditions pour devenir infirmière libérale ?

 

Pour devenir IDEL, une infirmière doit avoir travaillé :

+  soit au moins 24 mois (3200 heures) dans une structure de soin au cours des 6 dernières années.

+ soit 18 mois (2400 heures) dans une structure de soin et 6 mois (800 heures ou 109 jours) en remplacement libéral.

L’IDEL doit également être inscrite au Conseil de l’Ordre des Infirmiers.

Nous verrons en détail dans les prochaines semaines comment concrètement s’installer en libéral.

 

Quelles sont les missions d’une infirmière libérale ?

 

Je te propose d’entrer maintenant dans le détail des missions d’une infirmière libérale.

Ces missions sont très nombreuses.

Les infirmières libérales peuvent exercer de manière indépendante au domicile des patients mais peuvent également travailler dans des structures de soins à domicile, SSIAD, en HAD ou dans des cas ponctuels auprès de centres de vacances, entreprises etc.

Les soins prodigués sont extrêmement nombreux et s’adaptent à tous les patients, que ce soit en retour d’une hospitalisation, lors de prise en charge palliative, en suivi de pathologies chroniques.

Les IDEL exercent quasiment toujours sur prescription médicale, les rares soins où il n’y a pas besoin de prescriptions sont certains cas spécifiques de la vaccination.

Elles réalisent certains actes qui relèvent du rôle propre mais en libéral, ils doivent être prescrits (notamment les soins d’hygiène par exemple).

 

Les IDEL ont une mission importante dans le maintien possible à domicile de leurs patients, dans l’éducation thérapeutique et le suivi des traitements.

Elles ont un rôle de soin évident mais participe plus généralement également du dispositif global de santé publique.

A cause de la pénurie de médecin et des zones de « désert médical », les IDEL font office de sentinelles du soin.

 

Quelles sont les spécificités de l’exercice en libéral ?

 

Le métier d’IDEL combine deux casquettes :

+ Elles sont infirmières avec toutes les missions évoquées plus haut que cela implique.

+ Et également entrepreneures indépendantes, cheffes d’entreprise.

 

Elles doivent donc à la fois travailler :

+ DANS leur métier, au cœur des soins, auprès des patients.

+ SUR leur métier, dans la partie administrative, de gestion, de comptabilité bien que les IDEL soient souvent accompagnées par des experts comptables.

 

Ce choix d’exercice demande de nombreuses qualités d’autonomie, de rigueur et d’organisation. On peut aussi mentionner l’écoute, l’empathie, le sang-froid, la résistance physique.

Il faut accepter en tant qu’IDEL de passer du temps dans la voiture, entre les visites. Et dans certaines régions de France, les trajets et les tournées peuvent être conséquents.

Si le sujet t’intéresse, je t’invite à lire l’article sur les avantages et les inconvénients du métier d’IDEL.

 

Une IDEL travaille au cœur du domicile du patient.

 

Elle entre dans son intimité et doit pouvoir effectuer des soins en tenant compte de cet environnement qui change en permanence.

Elle peut être aussi un vrai soutien psychologique. On sait bien que le milieu hospitalier gomme momentanément les difficultés matérielles voie même les difficultés sociales car un patient dans une chambre n’y est pas avec ses affaires ni tous ses proches.

Les patients chez eux sont entourés de leur difficulté, il n’y pas de rupture et les IDEL sont au premier plan pour accompagner, lors de leur passage, les difficultés de leurs patients.

Cela requiert une grande capacité d’adaptation, une capacité aussi à entendre la détresse tout en sachant garder la juste distance.

Les IDEL travaillent auprès de patients de tous âges, qui ont tous des pathologies très différentes.

C’est une profession riche, prenante et qui porte de grandes missions.

Il faut aussi mentionner que souvent, les IDEL en tournée se retrouvent à rendre de multiples services, prendre le courrier, parfois acheter le pain.

C’est vraiment la réalité du terrain, tu le liras dans les commentaires.

 

Quels sont les différents modes d’exercice ?

 

Titulaire : une IDEL titulaire crée un cabinet, en est propriétaire et responsable. Elle peut exercer seule ou avec des collaboratrices ou encore choisir de s’associer avec d’autres professionnels de santé.

Remplaçante : Une IDEL peut se faire remplacer. Dans ce cas, un contrat est passé entre les deux infirmières. Ce mode d’exercice est intéressant pour une première expérience en libéral.

Marge te raconte dans un article dédié, son parcours d’IDEL remplaçante.

Une infirmière salariée peut effectuer un remplacement en cabinet libéral avec l’accord de son employeur. Tu pourras lire un témoignage sur l’exercice mixte dès la semaine prochaine sur le blog.

Collaboratrice : Il est possible de travailler ensemble dans le même cabinet sans être associé. Les IDEL qui ont ce statut peuvent travailler dans un cabinet fixe et développer leur patientèle tout en gardant leur indépendance en terme de revenu. Les collaboratrices versent une redevance au cabinet dans lequel elles travaillent.

Je suis allée à la rencontre de Laure, qui a ouvert le premier co-working pour les infirmières libérales. Une interview passionnante que tu peux retrouver en cliquant sur le lien : Mon cabinet infirmier : 1er espace de co-working pour les IDEL.

 

Quel est le salaire d’une infirmière libérale ?

 

Cette question du salaire est régulièrement posée, c’est pourquoi nous avons choisi d’y accorder un article dédié.

Une Infirmière libérale est rémunérée à l’acte.

Pour schématiser, chaque soin effectué a une certaine valeur, un certain prix. Toutes ces données sont regroupées dans un tableau appelé nomenclature générale des actes professionnels.

Le salaire d’une IDEL est en fonction de son chiffre d’affaire journalier et du nombre de jours travaillés dans le mois.

Les IDE perçoivent des honoraires versés par la caisse d’assurance maladie et les mutuelles. De ce salaire perçu, on retire les charges, frais du cabinet et les impôts.

Il faut bien avoir à l’idée que pas d’acte effectué veut dire pas de salaire, notamment pendant les vacances.

 

Le salaire des IDEL est différent selon leur statut. Il ne sera pas le même si elles sont titulaires, collaboratrices ou remplaçantes.

 

Pour te donner une idée, une IDEL touche environ, en net entre 2000 euros et 3500 euros en fonction du statut et des mois.

 

Comme je te l’ai dit plus haut, jusqu’à maintenant, les IDEL sont payées à l’acte.

Il y a une phase d’expérimentation qui est en cours en ce moment pour un forfait de temps passé chez le patient, pour une prise en charge globale. Ce projet s’appelle l’expérimentation Equilibres pour Equipes d’Infirmières Libres, Responsables et Solidaires.

Je t’en reparle très vite.

 

Quelle évolution professionnelle pour les infirmières libérales ?

 

Il y a plusieurs possibilités d’évolution pour les IDEL :

+ Faire des DU, se spécialiser pour intégrer un réseau spécifique de prise en charge de la douleur ou de soins palliatifs par exemple

+ se former pour devenir IPA Infirmière en Pratique Avancée. Si le sujet t’intéresse, je t’invite à lire l’article : Infirmière en Pratique Avancée 

 

Qu’est-ce qu’une infirmière libérale ?

 

Témoignages d’infirmières libérales

 

Témoignage de Christelle

Pour toi, qu’est-ce qu’être infirmière libérale ?

 

« Une IDEL est une personne qui est là pour effectuer des soins infirmiers aux patients à leurs domiciles.

Elle se doit d’être emphatique, à l’écoute, savoir gérer son temps, être réactive dans les situations d’urgences.

Elle doit être rigoureuse dans son administratif qui est à plus de 50% le quotidien d’une IDEL si elle veut un emploi pérenne. »

 

 

Quel est ton statut ?

 

« Je suis en profession libérale déclarée en BNC. »

 

 

Quelles sont tes missions au quotidien ?

 

« Au quotidien, je gère toutes sortes de pansements simples ou complexes.

 

Je pose des bas de contention ainsi que leurs retraits.

Mon travail est d’aider aussi les patients dans les actes de la vie quotidienne que sont l’aide à l’habillage et le déshabillage, l’aide aux soins de nursing (selon un forfait à la journée établit par la CPAM depuis le 1er janvier 2022), distribution des médicaments ainsi que la surveillance de ceux-ci.

 

J’effectue des soins aux patients diabétiques (glycémie capillaire et injection d’insuline).

Dans mes tournées, je suis aussi des patients atteints de cancer, trachéotomie, des patients porteurs d’alimentation nutrition parentérale ou porteur de stomie urinaire et/ou fécale.

 

Je pose aussi des perfusions d’hydratation ou d’antibiotiques, fais des injections intraveineuse, intramusculaire et bien sûr des bilans sanguins.

 

Je gère aussi le planning, les appels téléphoniques et les prescriptions médicales ainsi que les renouvellements de celles-ci en appelant les médecins, les pharmacies, les assistantes sociales et les prestataires de services.

 

Dans tous ces actes, je fais également de la relation d’aide et de l’éducation thérapeutique. »

 

 

Que dirais-tu à une IDE qui souhaiterait devenir IDEL ?

 

« Je lui dirai qu’il faut avoir du cœur à l’ouvrage et ne pas avoir peur de faire des heures mais surtout de bien s’entendre avec ses collègues avant de signer une collaboration quelconque.

 

Mais surtout, je lui conseillerais de bien se protéger avec l’établissement d’un contrat fait par un avocat en lien avec notre profession.

 

Je conseillerais de se renseigner sur la loi, les lois en vigueur concernant notre profession car les articles changent très régulièrement. »

 

Témoignage de Clémentine

 

Pour toi, qu’est-ce qu’être infirmière libérale ?

 

« Pour moi une infirmière libérale est une infirmière qui a suffisamment confiance en son expérience et du caractère assez fort pour travailler en autonomie.

 

Parce que le travail demande de la rigueur pour le faire dans les bonnes pratiques avec toutes les complications liées au domicile (problème d’accès, d’hygiène, famille parfois trop présente, exigences personnelles de chaque patient…).

 

Je pense qu’une infirmière libérale a forcément des facultés d’adaptation.

 

Et c’est aussi accepter les contraintes de travailler seule : manque de partage avec des collègues, soins faits sans aide, gestion de mini entreprise.

 

Il y a un côté multi-casquettes en plus de gérer sa vie personnelle sans horaires fixes. »

 

Quel est ton statut ? Pourquoi as-tu choisi ce statut ?

 

« Moi je suis remplaçante.

 

Je l’ai choisi sans me douter que ça durerait autant.

 

Il y a 3-4 ans, j’étais titulaire de mon cabinet mais nous avons déménagé dans un autre département, La Réunion.

 

En venant, je voulais faire 1 an de remplacement pour voir les habitudes locales (ma famille est réunionnaise mais je n’y ai jamais travaillé), voir où on s’installerait avec mon mari puis je pensais devenir collaboratrice puis acheter ou créer une tournée.

 

Mais le covid est arrivé et dans la foulée toute l’île a été placée en zone surdotée. Donc pas de nouvelle installation possible, on ne peut que racheter une patientèle ou une patente pour exercer en tant que titulaire ou collaboratrice. »

 

 

Quelles sont tes missions au quotidien ?

 

« Alors les habitudes de soins sont très différentes entre la métropole et les DOM (bien qu’à La Réunion on se rapproche pas mal de la métropole).

 

Purement de façon pro et « officielle » je dirais que je fais beaucoup, beaucoup trop même, de toilettes (douches ou toilettes au lit pour les moins valides).

 

Je fais aussi des prises de sang; pansements complexes ou non, des perfusions sur toutes voies d’abord, gestion des ordonnances (appels aux médecins traitants), récupération des traitements en pharmacie ; gestion des stocks de matériel à domicile comme au cabinet car parfois nous avons des soins au cabinet avec et sans rdv, gestion des cotations des soins ET négociations avec eux pour parfois refaire les ordonnances afin qu’elles soient en corrélation avec la NGAP pour pouvoir se faire payer nos soins, accompagnement « psychologique » des patients ou/et familles. »

 

Pour toi, quelles sont les différentes casquettes d’une IDEL ?

 

« Vraiment les casquettes d’une IDEL sont très très variées et sans exagération je dirais : infirmière ; être très patiente ; assistante sociale ; écrivain public ; auxiliaire de vie ; femme de ménage ; psychologue ; mécanicienne (voiture pneus crevés, régler ou réparer la tv des patients isolés, ou connecter les portable et ordi de la maison sur la nouvelle box) parfois coiffeuse ; bonne copine de comptoir (avec la discute sur le perron un café à la main…..au bout de 6 patients c’est costaud les cafés) ; dame de compagnie…

 

Il y a le côté pro, et le côté humain/émotionnel qui prend un vaste pan de cette pratique du métier. »

 

Que dirais-tu à une IDE qui souhaiterait devenir IDEL ?

 

« A celles et ceux qui veulent devenir IDEL, je dis toujours les mêmes choses :

Déjà, pour l’avoir vécu 2 fois…si c’est une femme et qu’elle envisage une grossesse…de la vivre en tant que salariée, c’est juste le parcours du combattant d’être enceinte en libéral.

Ensuite, déjà de commencer en tant que remplaçant dans le cabinet qui vous attire, pour voir les pratiques des collègues (parfois on a de mauvaises surprises), toujours mettre 50% de côté sur chaque paie pour payer impôts, Urssaf, carpimko, prévoyance etc…

Toujours souscrire à une prévoyance, une mutuelle, et se faire une trésorerie chaque mois.

Ne pas accepter tous les soins (sauf les 1ers mois d’une ouverture de cabinet), sinon on croule sous une multitude de soins incotables pour lesquels nous ne sommes pas payés.

Aussi ne pas tout accepter des patients (ceux qui veulent qu’on aille à la boulangerie puis La Poste puis les courses etc..).

Toujours prendre un certain recul avec les familles, dans le respect et ne jamais raconter sa vie personnelle (sauf les basiques genre j’ai 2 enfant de 8 et 10 ans…car les patients adorent avoir quelques nouvelles de ta vie personnelle… certains s’ennuient, on est parfois les seules personnes qui prennent soins d’elles durant des jours voire des semaines).

Quand les amis te voient changer de voiture (car tu passes des heures dans ta voiture et que tes fesses ne supportent plus ta vieille Clio de 2002) beaucoup s’imaginent que tu roules sur l’or…

Mais personne ne voit que tu travailles 15h/j, car oui le moins que je fais c’est 8-9h/j mais en général c’est 15h/j.

Il va donc se faire un tri naturel dans les proches qui te voient comme une banque et ceux qui savent qu’environ 7 mois de travail dans l’année sont donnés pour toutes les charges liées au libéral.

Mais qu’on sent libre malgré tout donc on ne retournera pas à l’hôpital.

 

Il faut accepter l’isolement mais ne pas s’y embourber.

 

Où je suis, les infirmiers ne se considèrent pas tous comme des concurrents, donc un réseau WhatsApp a été monté entre 10 cabinets et chaque mois on fait un resto. Les remplaçants sont les bienvenus (ce n’est pas souvent).

En libéral certains cabinets considèrent les remplacements comme un énième bouche-trou, d’autres comme un collègue qui apporte son expertise et son soutien (actuellement on me considère comme ce 2e groupe).

Faut oublier les arrêts, pas de travail donc pas de salaire.

 

MAIS !!! Ça ne sert à rien de trop travailler et trop gagner… les impôts se chargent de ponctionner ton bon chiffre d’affaires.

Sinon, il faut travailler une partie de l’année et voyager ou autre l’autre partie pour vivre pleinement sa liberté de planning.

Il faut se former à la gestion d’entreprise, aux cotations, gérer une bonne entente au sein de son cabinet avec ses collaborateurs ou remplaçants.

Dès que le cabinet prend un bon rythme, il ne faut pas hésiter à se faire remplacer temporairement pour vivre d’autres aventures (pro ou perso) à côté.

Mais toujours vérifier avec l’ordre infirmier avant, car notre profession est très légiférée.

Connaitre à minima notre code de déontologie, décret de compétence (surtout qu’en libéral on te demande vraiment tout et n’importe quoi) etc…

Le libéral est tout de même une formidable aventure, disons qu’il faut être bien conseillé au préalable pour mieux le vivre et en tirer profit au maximum. »

 

Témoignage de Cathy

 

Pour toi, qu’est-ce qu’être infirmière libérale ?

 

« C’est avant tout le choix de soigner, accompagner à domicile et individuellement les patients dans leur globalité.»

 

 

Quel est ton statut ? Pourquoi as-tu choisi ce statut ?

 

« Je suis titulaire dans un cabinet de groupe depuis l’obtention de mon DE en 1990. Car on ne peut assurer 7 jours/7 seule.

Intolérante à la hiérarchie, j’aime les contacts directs et proches. »

 

Quelles sont tes missions au quotidien ?

 

« + Maintien à domicile de personnes âgées ou handicapées (surveillance distribution traitements, nursing, accompagnement des aidants)

+ retours précoces d’hospitalisations post op ou longues maladies

+ prise en charge du diabète

+ traitements ponctuels

+ dépistages covid depuis 2020

+ bilans biologiques

+ coordination avec les autres acteurs de santé ou sociaux

+ parfois soins palliatifs jusqu’à la fin,

 

On n’est pas attachée à une pathologie cardio, néphro etc.

On est attachée à un secteur et on côtoie toutes les pathologies. »

 

 

 

Pour toi, quelles sont les différentes casquettes d’une IDEL ?

 

« + Soignante

+ Chef d’entreprise

+ Spécialiste en communication, gestion des ressources et du temps »

 

Que dirais-tu à une IDE qui souhaiterait devenir IDEL ?

 

« C’est une super aventure !

Mais il faut une santé et un moral d’acier.

L’obligation de continuité des soins est une sacrée contrainte.

Ne compte que sur toi.

Il faudra beaucoup de patience, de tolérance et de souplesse notamment dans les horaires.

Beaucoup d’indépendance, de réactivité et d’improvisation aussi. »

 

 

Si tu es IDEL toi aussi, n’hésite pas à donner ton avis en commentaire, à ajouter des choses. Cet article n’en sera que plus riche.

Nous allons aborder très prochainement la question du salaire des IDEL dans un article dédié ainsi que l’installation en libéral.

 

Ce format te plait et t’inspire ? Tu peux lire l’article sur les sites internet de référence pour les infirmières.

+ Si tu es infirmier ou infirmière et que tu cherches à te reconvertir ou évoluer professionnellement, viens rejoindre le groupe Facebook d’IDE en quête d’évolution professionnelle et n’hésite pas à nous suivre sur les réseaux sociaux, Youtube et Instagram.

+ Si tu souhaites atteindre ta vie IDEale, viens découvrir mon accompagnement pensé par et pour des infirmières en quête d’évolution ou de reconversion professionnelle.

 

 

 

 

 

 

 

Si l'article vous a plu, vous pouvez laisser un avis, merci !
Share This