Éléonore, d’infirmière à chargée de projet événementiel

 

Éléonore vit une reconversion à 360 degrés, d’infirmière à chargée de projet événementiel.

Elle te raconte son parcours d’IDE, puis ce qui l’a amené à s’interroger sur la reconversion professionnelle.

Tu vas le constater, Eléonore s’oriente vers une voie très différente et pourtant, ses compétences et connaissances d’infirmière lui seront certainement utiles dans la mise en œuvre de ses missions.

Il est possible, souvent, de créer des ponts, des liens entre les métiers.

 

 

Raconte-nous ton parcours en toute transparence

 

“J’ai entamé ma carrière d’IDE à Paris en étant intérimaire en réanimation et soins intensifs principalement. J’ai également été en CDD pendant 3 mois dans un service d’urgences APHP.

À la suite de mon déménagement à Bordeaux, j’ai enchainé un poste en CDD en SSPI au CHU en attendant une place en réanimation.

Place que j’ai obtenu en réanimation traumatologique et chirurgicale puis médicale et traumatologique.

En octobre 2020, j’effectue ma rentrée en école d’IADE.

Un an après, j’arrête tout, car je fais un burn out.”

 

Comment as-tu trouvé ta nouvelle voie ?

 

“Un bilan de compétences effectué avec Charlotte K de septembre à novembre 2021 m’a permis de trouver ma nouvelle voie.”

 

Comment s’est passé le départ de ton précédent job ?

 

“J’ai démissionné en septembre 2020 pour pouvoir aller à l’école d’IADE car je n’ai pas obtenu de financement de la part du CHU.

Cela me permettait d’accéder à une petite aide financière du Conseil Régional (650€/mois max) pour l’école.”

 

Comment ont réagi tes proches ?

 

“Mes proches ont très bien réagi.

J’étais vraiment à bout, je ne dormais plus et j’étais sous benzodiazépines et codéine sur la moitié de ma première année d’école d’IADE pour pouvoir continuer.”

 

Tu as suivi la formation de ma vie d’IDE à ma vie IDEale, que dirais-tu à ceux qui hésitent aujourd’hui ? 

 

“N’hésitez plus, foncez.

Cherchez les financements possibles si c’est l’argent qui vous préoccupe, il y a tout ce qu’il faut.”

Comment as-tu trouvé ce cursus pour devenir chargée de projet ?

 

« Je l’ai trouvé grâce à l’AFPA (Agence Nationale pour la formation professionnelle des adultes) chez qui m’a envoyée Pôle Emploi pour faire ce qu’ils appellent une « prépa compétences ».

C’est une sorte de programme sur 3 mois qui peut ressembler par moment à un bilan de compétences.

Tu es suivi(e) par un formateur qui t’aide à trouver ta formation grâce à des réseaux qu’ils ont au niveau national.

Ils te donnent des codes d’accès personnels à tous leurs sites spécifiques, que ce soit pour chercher une formation, un employeur dans le cadre d’une alternance, des aides financières.

Grâce à ces codes d’accès, tu sais avant tout le monde les dates d’ouverture des cessions de formation ou bien quand démarrent les sélections. Enfin, tu as absolument toutes les infos avant tout le monde et en plus de cela, en fonction de la formation choisie, les professionnels de l’AFPA ont des contacts et peuvent faire passer ton dossier en priorité.

Ils te donnent également tout ce qu’il faut savoir sur absolument tous les modes de financement. C’est très pratique !

Tu as aussi accès à un tas de formations gratuites type remises à niveau en informatique, français, mathématiques, comment faire son CV, préparer un entretien d’embauche, etc. On te propose ce qui correspond le mieux à tes besoins.

C’est bien évidemment comme tout, il y a du bon et du moins bon, mais dans l’ensemble, c’était enrichissant. »

 

 

En quoi consistent ta formation aujourd’hui ?

 

“J’ai intégré un Bachelor (BAC+3) chargé de projet événementiel en alternance sur un an.

Il s’agit d’une formation accessible sur BAC+2 minimum. Tout est adapté pour les profils de reconversion. J’ai eu un contrat de professionnalisation donc mon employeur règle mes frais de scolarité.

Un Bachelor est généralement proposé par des écoles privées donc du moment que tu paies et que tu as le niveau BAC+ minimum requis, ils t’acceptent suite à la présentation de ton dossier et d’un entretien motivationnel.

Les écoles privées ne regardent que le niveau en BAC+ sans vraiment faire attention à l’orientation de tes études précédentes. Si elles sont regardantes de ton orientation, ils te proposent des remises à niveau sur un an en général.

Concernant mon Bachelor « Chargé de projet Événementiel » à l’ISFAC de La Rochelle, l’accès se fait sur un BAC+2 minimum (j’ai un BAC+4 infirmière anesthésiste, car j’ai validé mon Master1 IADE) et il délivre un équivalent de BAC+3 à la fin de l’année.

 

Quelle va être ton activité par la suite ?

 

“L’agence, dans laquelle j’ai fait tout d’abord une immersion professionnelle en mars 2022 et qui va être mon employeur d’alternance pendant un an, a une partie de son activité qui consiste à gérer des congrès médicaux à l’international.

L’objectif est que je sois en charge de toute cette partie.”

 

Quels sont tes projets, tes rêves ? 

 

“Je souhaite me faire de l’expérience et du réseau dans cette agence.

Mon idée est, à moyen terme, de m’orienter vers l’événementiel du vin et à long terme sûrement d’être indépendante.”

 

Comment gères-tu la transition financièrement ?

 

“J’ai réussi à obtenir depuis mars 2022 un chômage de la part du CHU de Bordeaux, et ce, pour 2 ans.

Malgré l’alternance, je garderai un complément de la part du CHU afin que je n’aie pas de pertes de salaires. (Alternance = SMIC quand > 29 ans).

Des APL se sont débloquées cet été.

Mes parents m’aident également financièrement.”

 

Quelles sont les difficultés d’une reconversion selon toi, et comment les dépasser ?

 

“Pour moi, les principales difficultés sont la patience et l’attente.

Dans le sens où tu fais tout pour que les choses avancent, mais tu es contrainte d’attendre que l’administration fasse son travail.

Soit c’est trop tôt pour entamer telle ou telle démarche, soit c’est trop tard et tu dois patienter jusqu’à la prochaine date. C’est pénible de ne pas pouvoir se projeter à cause de ces rouages administratifs.

Me battre contre le CHU pour obtenir gain de cause m’a pris 5 mois. 5 mois sans salaire, 5 mois d’attente sans la moindre réponse de leur part malgré les multiples relances et l’activation du réseau. Il a fallu que le DRH souhaite me rencontrer pour comprendre la fuite des soignants à l’hôpital pour qu’on daigne me répondre.”

 

 

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer dans une reconversion mais n’a pas encore osé franchir le pas ?

 

“Lance-toi, arrête de réfléchir à ci, à ça, fais-toi accompagner.

Bien évidemment que cela ne va pas être simple, mais tout le monde peut le faire et vu la tendance actuelle, c’est le moment. Le monde de la Santé ne va pas aller en s’améliorant, il faut prendre les devants.

Et si tu le peux, n’attends pas d’être complètement à bout pour te lancer. Pour être le plus serein(e) possible, anticipe, commence les démarches, trouve tranquillement ce qui te correspondra le mieux, que ce soit en termes de profession/métier, de financements, d’équilibre de vie.

Cela te permettra de poser les choses et de te rassurer.”

 

En quoi consiste le métier de chargée de projet événementiel ?

 

Une chargée de projet événementiel prend en charge la création et le déroulement de manifestations dans toutes leurs dimensions.

Elle peut organiser des événements professionnels comme des congrès, des manifestations artistiques, des lancements de produits, des repas d’affaire ou tout autre projet.

Cette professionnelle de la planification et de l’organisation travaille avec le pôle communication et peut évoluer dans des entreprises privées, publiques, des associations. On trouve ces postes le plus souvent en agence de communication.

 

C’est un poste qui demande de la créativité, de la rigueur, une grande capacité à se créer un réseau, de la réactivité et de l’endurance.

Tu peux, si le sujet t’intéresse, retrouver le programme du Bachelor « chargé de projet évènementiel » de la Rochelle sur le site internet de l’ISFAC.

 

Qu’est-ce qu’un bachelor ? Est-ce accessible pour les IDE ?

 

Les bachelors sont des cursus accessibles post-BAC et proposant des formations dans de nombreux domaines. On les compare souvent aux licences en leur accordant un avantage plus concret, plus professionnel.

À l’issue, l’étudiant n’obtient pas un diplôme, mais un titre d’école de BAC + 3 ou BAC + 4, titre qui n’est pas toujours reconnu par l’État.

Toutes les écoles de formation peuvent en proposer et il faut être vigilant sur la qualité de l’enseignement proposé.

Les admissions se font sur dossier ou épreuves écrites puis sur entretien et ne sont donc pas intégrée au schéma de Parcoursup.

Il n’y a pas d’équivalence entre le diplôme d’Etat d’infirmier et les bachelors.

Si toi aussi, tu as choisi cette voie de l’évènementiel. Ou bien si tu as opté pour un bachelor lors de ta reconversion professionnelle, viens nous en parler en commentaire.

 

 

Ce format te plait et t’inspire ? Tu peux retrouver le témoignage de Fanny, d’infirmière à relaxologue.

+ Si tu es infirmier ou infirmière et que tu cherches à te reconvertir ou évoluer professionnellement, viens rejoindre le groupe Facebook d’IDE en quête d’évolution professionnelle et n’hésite pas à nous suivre sur les réseaux sociaux, Youtube et Instagram.

+ Si tu souhaites atteindre ta vie IDEale, viens découvrir mon accompagnement pensé par et pour des infirmières en quête d’évolution ou de reconversion professionnelle.

4.3/5 - (3 votes)
Share This