Nadège : sa reconversion d’infirmière à éco-infirmière

 

La santé environnementale est un domaine en pleine évolution et le métier d’eco-infirmière se développe également de plus en plus. Cette discipline prend en compte la santé humaine de façon globale, holistique, et non seulement à l’échelle physiologique ou psychologique.

 

Il s’agit de prendre soin de son environnement, de sa qualité de vie en considérant ses facteurs physiques, biologiques, sociaux, chimiques, esthétiques.

 

Agir sur tous ces différents facteurs, à 360 degrés, permet de prévenir, préserver et améliorer notre état de santé tout en améliorant et en prenant soin de notre environnement.

L’écoresponsabilité, ou responsabilité environnementale, est une démarche qui vise à intégrer les enjeux du développement durable dans l’ensemble de ses activités quotidiennes.

 

Cette notion d’éco-responsabilité est de plus en plus présente dans toutes les sphères de la société d’aujourd’hui et de nombreux particuliers et entreprises tendent à créer un environnement sain et dépollué pour eux-mêmes ou leurs salariés. 

Nous prenons de plus en plus conscience de l’impact de notre mode de vie, de notre consommation sur notre santé et sur l’environnement. Il y a une vraie urgence à agir de façon plus écoresponsable.

 

La santé environnementale, qu’est-ce que c’est ?

 

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 

“ La santé environnementale comprend les aspects de la santé humaine, y compris la qualité de la vie, qui sont déterminés par les facteurs physiques, chimiques, biologiques, sociaux, psychosociaux et esthétiques de notre environnement.

Elle concerne également la politique et les pratiques de gestion, de résorption, de contrôle et de prévention des facteurs environnementaux susceptibles d’affecter la santé des générations actuelles et futures»

Plus simplement, la santé environnementale est la prise en compte de l’impact des polluants sur la santé, qu’il soit locaux ou globaux. Par exemple, la qualité de l’air est considérée sous l’aspect de l’air intérieur jusqu’à l’aspect planétaire avec les conséquences du réchauffement climatique.

En travaillant à réduire les expositions environnementales et ses conséquences, la santé environnementale s’inscrit principalement dans le champ de prévention primaire.”

 

Qu’est-ce qu’une éco-infirmière ?

 

Une éco-infirmière est une professionnelle de santé spécialisée sur l’impact de l’environnement sur la santé. Elle travaille essentiellement dans le champ de la prévention, de la sensibilisation et du conseil. Son rôle se situe en amont des pathologies. Elle agit donc dans le domaine de l’éducation à la santé.

 

C’est la voie qu’a choisie Nadège pour des raisons qu’elle nous explique dans cet entretien.

 

D’infirmière à éco-infirmière, le parcours de Nadège.

 

Quel est ton parcours ?

 

« Je suis infirmière depuis 2010. 

J’ai travaillé 3 ans en greffe de moelle osseuse dans un hôpital, j’ai adoré. C’était très formateur et mon équipe était jeune, dynamique et solidaire.

Pour des raisons personnelles, nous avons déménagé dans un autre département, moi et mon mari. 

 

Étant titulaire de la fonction publique, j’ai demandé une mutation mais la proposition dans un service était loin de notre future maison. 

Je me suis alors penchée vers les cliniques, je perdais pas mal niveau salaire ce qui m’a refroidi. J’ai donc envoyé des CV en parallèle en libéral et un cabinet m’a pris. Le salaire, la modulation du planning avec ses collègues et l’absence de hiérarchie m’ont attirée. Cela fait maintenant 9 ans que je travaille dans ce cabinet. »

 

Comment as-tu trouvé ta nouvelle voie ?

 

« Le 1er confinement a été « secouant » pour moi. Le fait de ne plus avoir mes activités (sport, musique…) m’a beaucoup recentrée sur mon travail et je me suis alors rendue compte que celui-ci se résumait à la maladie, la mort, la souffrance, les revendications, la violence parfois…. beaucoup de choses négatives au final.

 

 Je suis quelqu’un de très souriant, chaleureux, convivial… Ce métier n’était plus du tout en accord avec moi. Je voulais beaucoup plus de gaieté dans mon travail. J’ai donc décidé de faire un bilan de compétences.

 

 Il est difficile de se dire que l’on n’est plus fait pour ça, de remettre tout en question, de franchir le pas et d’aller faire un bilan de compétences…. mais pourtant !! »

 

As-tu quitté ton précédent post ?

 

« Je suis toujours dans mon activité libérale car en formation. Pour l’instant, je n’ai rien arrêté. »

 

Quelle a été la réaction de tes proches ?

 

« Très bonne réaction … à part ma mère. Elle ne m’a rien dit mais j’ai bien senti que cela l’inquiétait. »

 

Tu as suivi la formation de ma vie d’IDE à ma vie IDEale, que dirais-tu à ceux qui hésitent aujourd’hui ? 

 

« Foncez !! Au pire, vous apprendrez beaucoup sur vous et resterez dans votre métier, au mieux, vous trouverez votre nouvelle voie ! »

 

En quoi consiste ta nouvelle activité ?

 

« Je suis toujours libérale et en formation d’un an (3 jours par mois sur 10 mois). Les deux sont donc compatibles. 

Je développe aussi mon réseau en santé environnementale. Tout est à créer ! C’est prenant et il faut être entreprenante si l’on veut vraiment mener des actions sur le sujet à la fin de la formation. »

 

Quels sont tes projets/tes rêves ?

 

« Travailler dans la santé préventive par l’approche santé environnementale ! »

 

Comment gères-tu la transition financière ?

 

« Avec mon activité libérale, je peux toujours travailler en me formant donc ça va. Cependant, le FIFPL* ne vous aide…. qu’après avoir fait toute la formation. Il faut donc payer tous les coûts avant de percevoir l’aide. »

 

Quelles sont les difficultés d’une reconversion, selon toi et comment les dépasser ?

 

« Clairement l’aspect financier est un frein !

Si tout le monde avait de l’argent, alors on ferait ce qu’on aime vraiment tous les jours sans se poser de question.

Il faut donc étudier toutes les aides possibles, quitte à toquer à toutes les portes, pour se former et bien se projeter par la suite financièrement.

 

Et puis, après tout, revenir à l’essentiel: être heureux et épanoui dans son travail ! »

 

Comment as-tu géré ta vie de maman et ta reconversion en parallèle ? 

 

« Mon mari est présent et nous avons les grands-parents pas loin si besoin.

 

Je pense que quand on a vraiment trouvé sa voie, on cherche toujours une solution pour tout conjuguer. Le tout est d’être bien entouré aussi. »

 

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer mais n’a pas encore osé franchir le pas ?

 

« OSER !

Oser franchir le pas!  Si vous vous posez la question c’est que déjà vous n’êtes plus heureuses dans votre travail. La vie est courte, votre mission est de toujours tendre vers le bonheur !

Le travail n’est pas un besoin alimentaire (ou plus), c’est un travail d’accomplissement et d’épanouissement personnel ! Vous y passez 35h/semaine !

 

Il faut accepter que le métier d’infirmière fut une étape dans votre vie mais qu’à présent, vous avez évolué et vos envies professionnelles aussi. Rien n’est échec, tout est expérience et évolution !

 

Tout est mouvement, rien n’est figé. Ayez confiance en vous. Foncez, osez être vous ! »

 

————————————————————————————————————————————–

 

*FFIPL = Fond Interprofessionnel de Formation des Professionnels Libéraux. Cet organisme accompagne les professionnels de santé travaillant donc en libéral dans le financement de leur formation.

 

D’infirmière à éco-infirmière, quelle formation ?

 

Si tu es intéressée par le sujet de la santé environnementale, la formation se déroule via l’Institut de Formation en Santé Environnementale de Grenoble créé par Philippe Périn qui a inventé ce nom d’éco-infirmier.

Elle aborde des thèmes tels que le lien entre l’air, l’eau, l’alimentation, la radioactivité, les différentes ondes, l’habitat et la santé. Il est question également de l’impact des différences substances comme les parabens, les perturbateurs endocriniens etc.

Le but de cette formation est d’apporter des connaissances solides aux infirmières sur tous ces sujets afin qu’elles puissent mener des campagnes de prévention, sensibiliser différents publics et donner les bonnes pratiques en matière de santé et d’environnement.

 

Que contient exactement la formation pour devenir éco-infirmière ?

La formation proposé par l’IFSEN contient 9 modules :

  • Écologie et développement durable
  • Définition et enjeux 
  • Alimentation et OGM
  • Eau et cosmétiques
  • Air et habitat 
  • Bruit, nanotechnologie et déchets
  • Rayonnements
  • Santé intégrative et méthodologie
  • Outils et mise en pratique professionnelle

 

Tu peux retrouver toutes les informations sur le site de l’IFSEN Formations

A partir de janvier 2022, l’école proposera une formule combinée distanciel et présentiel pour permettre à plus de professionnels de santé de rejoindre la formation.

 

Si ce format te plait et t’inspire, tu peux retrouver le témoignage de Bénédicte, d’infirmière à home organiser.

 

+ Si tu es infirmier ou infirmière et que tu cherches à te reconvertir ou évoluer professionnellement, viens rejoindre le groupe Facebook d’IDE en quête d’évolution professionnelle et n’hésite pas à nous suivre sur les réseaux sociaux, Youtube et Instagram.

+ Si tu souhaites atteindre ta vie IDEale, viens découvrir mon accompagnement pensé par et pour des infirmières en quête d’évolution ou de reconversion professionnelle. 

 

5/5 - (3 votes)

Ce contenu est protégé par des droits d'auteur

Tu es INFIRMIÈRE et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmière

Ton inscription est confirmée ! Vérifie dans ta boîte mail (et spams), tu as dû recevoir ton 1er conseil !

Tu es INFIRMIER(E) et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement ?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmier(e)

Ton inscription est confirmée ! Je viens de t'envoyer ton premier email -Charlotte

Share This