Contenu : Se remettre d’un burn-out peut sembler quasiment impossible. Les IDE n’échappent à ce problème de société. Voyons comment remonter la pente.

 

 

Le burn-out, aujourd’hui plus que jamais, est un sujet de préoccupation majeur chez les professionnels de santé, notamment chez les infirmières.

Je ne compte plus le nombre de messages que je reçois d’IDE sur ce sujet.

Ça me touche et ça m’énerve en même temps.

Je ne peux pas rester indifférente face à ce problème de société.

En effet, sais-tu que les effets du Coronavirus portent à 62 % le nombre d’infirmières qui courent un risque de burn-out ? (source provenant de Belgique mais on doit être certainement très proche en France)

Travailles-tu dur au point de te sentir stressée constamment ? Et tu n’as plus d’énergie pour accomplir des tâches que tu faisais avant, sans que cela ne te pèse ?

Ce que tu vis n’est pas une dépression. C’est quelque chose de plus subtile : l’épuisement professionnel, connu aussi sous le nom de burn-out.

Alors surtout, ne t’en prends pas à toi-même. Ce n’est pas ta faute.

Regarde la manière dont la société occidentale défend l’idée d’être en permanence occupée et de consacrer de longues heures à ton travail :

Travaille dur“.

Je pourrais aussi t’évoquer l’origine étymologique du mot “Travail”, qui viendrait du latin Tripalium.

Le nom d’un instrument de torture constitué de trois pieux… Il y a un débat sur l’interprétation de son étymologie.

Faut-il y voir une forme de fatalité ? La souffrance est-elle forcément liée au travail ?

Personnellement, ce n’est pas ma manière de le concevoir. Je te parlerai dans un autre article du stoïcisme.

 

Toujours est-il que cette conception populaire te pousse au-delà de tes limites, sans laisser place à l’échec ou à ta vulnérabilité. 

La réalité, c’est que tu en as marre de jouer ce jeu. Ton corps te le fait savoir, avant même que ton esprit n’en prenne conscience. Mais il est souvent déjà trop tard.

 

Comment identifier l’épuisement professionnel ?

 

Tu te sens épuisée, inefficace, sans motivation ?

Tu as l’impression que, peu importe les efforts que tu déploies, tu ne peux jamais suivre le rythme. Ou que tu ne peux pas rendre ta hiérarchie heureuse, quelle que soit l’énergie que tu y mets.

Tu commences à remettre en question ta situation professionnelle : ai-je le bon emploi ? Suis-je vraiment faîte pour être IDE ? Vais-je pouvoir rester infirmière encore longtemps ?

  • Avant, j’étais passionnée par mon travail, mais maintenant, je redoute la reprise après les jours de repos. Et à l’inverse, ces derniers tardent à venir.
  • Est-ce que je me sentirai un jour à nouveau passionnée par ma vie et mon travail ?

Ce sont là des signes classiques de l’épuisement professionnel.

Et dans cet état, tu as souvent l’impression que tu ne contrôles pas les circonstances – comme si tout ce qui t’entoure jouait contre toi.

Tu pourrais penser : tout le monde est à blâmer pour mon épuisement professionnel. Mais cet état d’esprit de victime ne fait que t’empêcher de commencer à remédier à ta situation. 

Pendant que tu te plains des autres, les jours de ta vie défilent et la fatigue gagne du terrain.

Il peut s’agir d’un supérieur qui te harcèle, des délais serrés que tu dois respecter de façon constante ou des horaires de nuit qui te pèsent. Cela n’a pas d’importance.

La bonne nouvelle, c’est que tu peux combattre l’épuisement professionnel dès que tu en es consciente.

 

Comment se remettre de l’épuisement professionnel ?

 

Lorsqu’il s’agit d’épuisement professionnel, le plus dur est de s’en sortir.

Mais tu ne me comprends pas, Charlotte, j’ai tellement de choses à faire et il n’y a personne dans mon équipe qui puisse vraiment faire ça en ce moment à part moi !

Ce que tu dis est vrai, mais se négliger soi-même se fait trop souvent au détriment de la santé et de la vie sociale.

Outre les conseils de bon sens les plus courants, comme dormir 8 à 9 heures par jour dans une chambre noire, faire de l’exercice régulièrement et manger des aliments sains, voici 3 clés qui vont t’aider à te remettre de l’épuisement professionnel :

 

1. Se remettre d’un burnout : adopte le bon état d’esprit

 

Il est de loin préférable d’adopter un état d’esprit où tu prends conscience ta responsabilité dans ce qui t’arrive, plutôt que de te mettre dans le rôle de la victime en attribuant la faute aux conditions extérieures.

Ce que tu pourrais te dire :

D’autres ont peut-être contribué à ma situation, mais j’ai la capacité de faire des choix qui peuvent améliorer mon présent et mon avenir.

Penser de cette manière te donne la possibilité de choisir, même à petite échelle, de prendre des mesures pour te ressourcer et créer un élan.

Le fait de réaliser que tu es autonome et responsable te donne de l’espoir pour changer les choses.

 

2. Brise le cercle vicieux du burn-out

 

Ensuite, pourquoi ne pas choisir de croire que les actions justes mèneront à des ressentis positifs, plutôt que l’inverse ?

Lorsque tu es dans un état d’épuisement professionnel, il est facile de penser que quoi que tu fasses, cela ne fera pas de différence.

Cela est dû à des changements physiologiques réels dans ton cerveau qui te font perdre l’intérêt pour des activités qui te rendraient autrement heureuse.

Pour lutter contre cette négativité, rappelle-toi que tu n’as pas besoin d’avoir envie d’agir pour le faire.

Passe directement à l’action sans te poser plus de questions. Cela entraîne un désir plus grand de faire des activités bénéfiques pour toi à l’avenir. Le tout est de commencer.

 

3. Reprends le contrôle

 

Sois plus attentive aux besoins physiques et émotionnels de ton corps.

Cela peut être aussi simple que de se lever pour se dégourdir les jambes, d’adopter la recette danoise du bonheur “hygge”, ou d’aller au lit quand on est fatiguée.

Si tu es dans un état d’épuisement, tu auras besoin de plus de sommeil que d’habitude ; cela fait partie du processus de guérison de ton corps. 

Autorise-toi des pauses tout au long de la journée.

Les pauses sont bénéfiques pour tout le monde – elles aident à retrouver ton énergie – mais elles sont particulièrement importantes si tu es épuisée, en partie parce que le fait de choisir d’en prendre te montre que tu as un certain niveau de contrôle, même à un niveau micro.

 

Envisage un futur différent pour te remettre d’un burn-out

 

Et si tu es dans une position professionnelle où les gens ont des exigences déraisonnables (patients, cadres, médecins…) et que tu ne peux pas fixer tes propres limites, pense plus grand.

Envisage de chercher un nouvel emploi, ou même une nouvelle carrière.

Si cela te fait peur, je t’invite à lire cet article pour prendre du recul.

Ces changements prendront probablement du temps. Mais il est bon de se rappeler que le choix est là.

La vie n’a pas besoin d’être comme elle a toujours été.

En changeant ton état d’esprit et en prenant de petites ou de grandes mesures, tu commences à te sentir moins épuisée et plus optimiste quant à l’avenir.

Et sache que tu si en ressens le besoin, on peut parler de ta situation et de tes projets professionnels pour donner une nouvelle impulsion à ta carrière.

 

Charlotte

Tu es INFIRMIÈRE et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmière

Ton inscription est confirmée ! Vérifie dans ta boîte mail (et spams), tu as dû recevoir ton 1er conseil !

Tu es INFIRMIER(E) et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement ?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmier(e)

Ton inscription est confirmée ! Je viens de t'envoyer ton premier email -Charlotte

"De ma vie d'IDE à ma vie IDEale"

est actuellement fermée

Mais tu peux dès maintenant rejoindre la liste d'attente pour faire partie des premiers à être prévenus de la sortie de la prochaine session !

Ton inscription est confirmée ! Pour patienter, je viens de t'envoyer un premier email avec des conseils utiles à ta reconversion -Charlotte

Pin It on Pinterest

Share This