Alexandra, sa reconversion d’infirmière à zoothérapeute.

 

 

Soigner, oui mais autrement et se reconvertir d’infirmière à zoothérapeute.

Une zoothérapeute ou médiatrice animale, est une professionnelle du bien-être qui travaille avec des animaux. Ces animaux sont les médiateurs auprès de différents publics. Leur contact joue sur la santé physique et émotionnelle des patients.

Ces méthodes datent des années 1950. Elles peuvent venir en complément de protocoles thérapeutiques dits classiques.

La zoothérapie ne guérit pas à proprement parler mais permet de soulager un certain nombres de maux et de grandement améliorer le quotidien des patients.

 

Il a été prouvé que le contact avec des animaux fait baisser significativement le niveau de stress, la tension artérielle. La relation de confiance qui s’installe entre la personne et l’animal permet également de recréer un lien parfois abimé entre le patient et lui-même ou avec le monde extérieur.

 

Il s’agit de méthodes de soin qui requièrent des compétences que nous avons en tant qu’IDE, l’écoute, l’empathie, la rigueur, le sens de l’observation… Mais on sort là du côté technique et de l’univers des soins infirmiers, peut-être trop rapide, pas assez respectueux du rythme des patients et des soignants.

 

La zoothérapeute met en œuvre deux méthodes principales:

+ la thérapie assistée par la médiation d’un animal. Cela vise à apaiser un trouble en particulier, à améliorer le fonctionnement physique, cognitif, émotionnel ou social d’une personne.

 

+ les activités éducatives assistées par la médiation d’un animal; Ces activités sont effectuées en groupe dans le but d’apporter du bien-être général, une meilleure qualité de vie, de rechercher des interactions positives avec les animaux.

 

Tu vas découvrir le témoignage d’Alexandra qui s’est reconvertie, d’infirmière à zoothérapeute.

 

Raconte-nous ton parcours en toute transparence

 

« Je m’appelle Alexandra, j’ai 31 ans. J’habite dans la région Centre et je suis infirmière depuis novembre 2016.

Mon parcours au sein de l’IFSI a été chaotique : stress, doutes, encadrements en stage de certains professionnels de santé désastreux…

En 3e année, j’ai suspendu ma formation. Et pendant 1 an j’ai travaillé comme aide-soignante.

Puis j’ai repris la formation et obtenu mon diplôme, avec le soutien de mes parents, amis (extérieur et rencontré à l’IFSI) et surtout ma formatrice référente de l’IFSI.

Diplôme en poche, je commence à faire des remplacements dans différentes structures puis en Avril 2017, je décroche mon premier CDI dans un EHPAD.

3 ans après dont une crise sanitaire passée par là, je décide de quitter mon poste car mon envie de découvrir et d’apprendre autres choses devient plus forte. De plus, je savais que si je restais dans cet établissement, le burn-out arriverait à grand pas.

J’ai trouvé un CDI en clinique psychiatrique mais cela ne s’est pas passé comme prévu et a entrainé une rupture de mon contrat pendant ma période d’essai manque de personnel, direction pas à l’écoute, arrêt des soignants à répétition, manque de temps pour les patients (le comble pour une clinique psychiatrique). Je ne voulais pas retourner dans cette dynamique de travail.

Je prends donc 1 mois pour moi.

J’ai été ensuite obligée de retourner travailler. Je n’avais pas d’indemnité de Pôle emploi et pas de conjoint pour subvenir aux factures.

J’ai réalisé un remplacement dans un EHPAD de 120 résidents avec 3 IDE le matin (si pas d’arrêt) et 2 le soir, des journées où on savait quand on embauchait mais jamais quand on débauchait, l’impression d’être tout le temps au travail (OK je suis peut-être célibataire et sans enfants mais j’ai une vie aussi).

Je me rends compte que ce n’est pas que les établissements le problème mais le métier d’infirmier en lui-même. Cela me décide à réaliser un bilan de compétence.

 

Parle-nous de tes recherches

 

Dans un premier temps, je me renseigne auprès de Pôle emploi et leurs prestataires, grave erreur.

Ils n’ont rien à faire de la souffrance des soignants. Tant qu’on a du travail, pourquoi changer ?

Je vous cite cette phrase d’une personne prestataire d’Activprojet de Pôle emploi : « Vous êtes infirmière, vous avez du travail, pourquoi vous voulez vous réorienter ? ». Comment décourager et rabaisser des personnes déjà fragiles psychologiquement ?!

Puis je me suis mise à chercher sur internet, eurêka !!! Enfin un accompagnement pour les infirmiers et créé par une infirmière : CHARLOTTE K.

En parallèle, de mon accompagnement avec Marianne de Charlotte K, je suis partie de l’EHPAD. Je me suis inscrite en agence d’intérim et j’ai réalisé une formation pour devenir intervenante en médiation animale.

Maintenant commence ma vie d’IDEale !!!!! »

 

Comment as-tu trouvé ta nouvelle voie ?

 

« Toujours passionnée par les animaux, je réfléchissais beaucoup à travailler avec eux : éducateur canin ? Comportementaliste ? Assistante vétérinaire ?

Et pourquoi pas, lier le métier d’infirmier, du soin et la passion des animaux : Zoothérapeute ou intervenante en médiation animale ?

Je connaissais le métier à travers des interventions dans certains établissements où j’ai exercé et les bienfaits de l’animal sur l’humain.

Marianne de Charlotte K m’a aussi beaucoup aidée dans cette réflexion. »

Comment sest passé le départ de ton précédent job ?

 

« Ayant tout quitté avant de commencer ma formation, je n’avais plus de contrainte de temps.

Ma seule contrainte était financière car la formation n’est pas financée par les organismes comme Pôle emploi. Les frais de route/transport ainsi que les frais d’hébergement sont à ta charge.

J’ai pioché dans mon CPF et mes économies. »

 

Comment ont réagi tes proches ?

 

« Mes proches ont très bien réagi. Le principal pour eux c’est le bonheur et la santé.

Le seul ayant eu un peu de mal au départ était mon père car je quittais une stabilité financière. »

 

Tu as suivi la formation de ma vie d’IDE à ma vie IDEale, que dirais-tu à ceux qui hésitent aujourdhui ? 

 

« Foncez !!!

Beaucoup de personnes du monde soignant (amis, collègues, connaissances..) sont dans le même cas que toi. Ils veulent se réorienter mais ne savent pas comment faire, donc je leur parle de mon parcours et bien sûr de Charlotte K. »

 

En quoi a consisté ta formation en zoothérapie ?

 

« De Novembre 2021 à Février 2022, j’ai réalisé ma formation au sein de l’Institut français de Zoothérapie dans l’Isère.

En Mai 2022, j’ai reçu ma certification « médiation par l’animal en établissement de soin » après avoir rédigé un mémoire sur mon projet.

Aujourd’hui, je réalise des missions intérim en tant qu’infirmière et me renseigne pour créer mon auto-entreprise d’intervention en médiation par l’animal dans des structures médico-sociales. »

 

Quels sont tes projets, tes rêves pour ta nouvelle profession de zoothérapeute? 

 

« Mon projet avance à petit pas :

Mi- juillet, je commence un CDI à 70% dans un petit EHPAD communal où je fais déjà des missions intérim.

Fin 2022, déménagement dans une maison avec mon chat et adoption de mes animaux médiateurs (chien, cochons d’inde)

En 2023, création de mon auto-entreprise.

Dans quelques années, je souhaite créer un centre d’accueil en zoothérapie à mon domicile avec d’autres animaux médiateurs et arrêter le métier d’infirmière. »

 

 

Alexandra, sa reconversion d’infirmière à zoothérapeute.

 

 

Comment gères-tu la transition financièrement ?

 

« Pour l’instant, je ne sais pas mais durant la formation, on nous a conseillé de rester en poste à 70% puis de diminuer son temps au fur et à mesure, le temps que la deuxième activité fonctionne. »

 

Quelles sont les difficultés d’une reconversion selon toi, et comment les dépasser ?

 

« La 1ère difficulté, c’est le sentiment de culpabilité de se dire « je quitte tout mais pourquoi faire ? », puis viennent les reproches et l’incompréhension de l’entourage.

Mais en expliquant les choses et en étant convaincue de son changement de vie, cela s’estompe.

Pour certaines personnes tu seras même un exemple.

Après, s’en suivent, les difficultés financières, les doutes, les recherches incessantes sur internet, les remords, les joies de l’administration française…

Il faut juste bien être entourée de personnes bienveillantes et qui t’aideront à avancer dans ta reconversion. »

 

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer dans une reconversion mais na pas encore osé franchir le pas ?

 

« N’hésitez pas, franchissez le pas, commencez cette nouvelle aventure avec Charlotte K, vous n’allez pas le regretter. Et puis qui ne tente rien n’a rien. Nous avons le droit de nous tromper et de vouloir changer.

Je pense que se reconvertir ce n’est pas juste changer de travail ou de service mais aussi pouvoir prendre le temps de se questionner sur sa propre vie et ses valeurs.

Le but final de tous c’est de trouver le bonheur, la santé, l’épanouissement. »

Quelques mots sur la formation de zoothérapeute qu’a suivie Alexandra

 

Alexandra a suivi une formation auprès de l’Institut français de Zoothérapie.

 

Cet établissement propose plusieurs formations en zoothérapie auprès de différents publics, en établissement de soin notamment.

Les études, quand elles sont effectuées en totalité, donnent accès à une certification.

Si tu souhaites connaitre le contenu exacte des formations, tu peux te rendre sur le site internet de l’Institut.

 

Sache également qu’il existe une charte de déontologie pour cette profession, mise en place par le Syndicat National Français des Zoothérapeutes et Intervenants en Médiation par l’Animal.

 

 

Ce format te plait et t’inspire ? Tu peux retrouver le témoignage de Stéphanie, d’infirmière à assistante comptable.

+ Si tu es infirmier ou infirmière et que tu cherches à te reconvertir ou évoluer professionnellement, viens rejoindre le groupe Facebook d’IDE en quête d’évolution professionnelle et n’hésite pas à nous suivre sur les réseaux sociaux, Youtube et Instagram.

+ Si tu souhaites atteindre ta vie IDEale, viens découvrir mon accompagnement pensé par et pour des infirmières en quête d’évolution ou de reconversion professionnelle.

 

5/5 - (2 votes)
Share This