Caroline : reconversion professionnelle d’infirmière à vétérinaire !

Se reconvertir n’est pas toujours le fruit d’une motivation ou d’un « ras-le-bol ». Parfois, c’est la vie qui nous montre d’une façon ou d’une autre que nous devons prendre un chemin différent.

Si tu es infirmier, infirmière et que tu cherches à te reconvertir ou évoluer professionnellement, viens rejoindre le groupe Facebook d’IDE en quête d’évolution professionnelle ! 

 

Peux-tu te présenter et nous parler de ton parcours ?

 

Diplômée en 2013, je me suis de suite engagée au sein du Service de Santé des Armées pour y découvrir le métier de militaire en plus de celui d’infirmière. Cela représentait pour moi une autre façon d’exercer, de nouvelles valeurs, avec de nombreuses opportunités, dont celle d’être au plus près des populations et d’être sur le terrain.

Durant ces années d’expérience professionnelle, j’ai compris que la vie passait vite et qu’il fallait en profiter. Désirant me reconvertir depuis longtemps pour le métier de vétérinaire, j’ai décidé de passer le concours. Aujourd’hui âgée de 30 ans, j’entre en troisième année vétérinaire à Alfort en septembre.

Infirmière vétérinaire
  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

Pourquoi as-tu eu envie de faire ces études de Vétérinaire ?

 

Tout d’abord, il faut savoir que je me suis longtemps cherchée. Je n’ai jamais trouvé cela aisé de décider d’un seul métier que tu fera tout le reste de ta vie ! Puis, je suis de nature utopiste depuis ma tendre enfance, où je souhaitais déjà prendre soin de la planète et de tous ses habitants. 

Se reconvertir n’est pas toujours le fruit d’une motivation ou d’un « ras-le-bol ». Parfois, c’est la vie qui nous montre d’une façon ou d’une autre que nous devons prendre un chemin différent. Avant de me lancer, il s’est passé trois déclics exactement. Premièrement, je suis tombée malade et j’ai remis ma vie et mes envies en question, mais surtout mon travail. J’ai pris conscience que je m’étais oubliée. Deuxièmement, je désirais reprendre mes études, j’avais soif de connaissances. Enfin, troisièmement, j’ai toujours souhaité exercer le métier de vétérinaire. Je m’étais déjà renseignée sur les modalités d’entrée en école plusieurs fois.

Ce métier est vaste ! On y retrouve beaucoup d’aspects du métier d’infirmier : le « prendre soin » et le relationnel avec les propriétaires des animaux. Avec la richesse en plus de pouvoir pratiquer plusieurs spécialités en un métier : chirurgie, médecine, biologie, etc. Il existe différentes façons de l’exercer, que ce soit en clinique, en laboratoire pharmaceutique, en recherche, en mission sur le terrain, dans le domaine de la santé publique, de la biodiversité et tellement d’autres. Le vétérinaire oeuvre pour la triade santé animale, humaine et environnementale. De plus, depuis les années 2000, le programme « One Health » a permis d’associer l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la FAO (Organisation pour l’alimentation et l’agriculture) et l’OIE (Organisation Mondiale de la Santé Animale) afin de traiter sur le même plan la santé animale et humaine, afin qu’ils ne deviennent qu’une seule santé. Et c’est ça qui m’a toujours attiré !

J’ai également une petite illustration parlante du concept “one health” (Source : INRAE : https://www.inrae.fr/alimentation-sante-globale/one-health-seule-sante)

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

Il y a-t-il des prérequis en particulier/ une passerelle possible ?

 

Il n’existe pas de passerelle, il faut passer le concours. Pour cela, il existe différentes voies (A,B,C,D,E) en fonction de son parcours. Pour les infirmiers, grâce à la réforme Licence-Master-Doctorat en 2009, le diplôme nous confère un bac+3. Ainsi, nous pouvons passer par la voie B, soit la voie de la licence. Si d’autres personnes ont obtenu un BTS avant, il est possible de passer par la voie C. Il faut se renseigner sur le site du Service des Concours Agronomique et Vétérinaire (SCAV : https://www.concours-agro-veto.net). Toutefois, ayant eu le retour d’infirmières qui ont passé le concours cette année, aujourd’hui, il faut déposer un dossier devant une commission auprès du SCAV,  qui se tient vers le mois de septembre. A l’issue, ils décident si vous êtes apte à concourir ou non. Cela vous évite de perdre votre temps.

Enfin, à tous ceux/celles qui rêvent de faire ce métier, je voudrais leur dire que je partais de loin. Pas de bac scientifique mais un bac en sciences économiques et sociales option langue ! Je ne cache pas que le travail à fournir a été assez difficile. Afin de mettre toutes les chances de mon côté et compte tenu de mon parcours scolaire, je me suis inscrite dans une « prépa privée ». J’en profite pour dire qu’il faut faire attention au choix des prépas. Pour avoir fait l’expérience, je sais à présent lesquelles sont les plus fiables (certaines ne pensent juste à l’argent, malheureusement).

reconversion IDE vétérinaire
  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

Comment se déroule cette formation ?

 

Les études se passent sur cinq ans (et 6 ans pour les post bacheliers). On y apprend toutes les bases : anatomie, physiologie, et toutes les pathologies (médecine, oncologie, urgence, dermatologie, chirurgie etc). Aussi, nous sommes formés sur les différentes espèces : animaux d’élevage (vaches, porcs, poules, lapins, poissons, etc), chevaux, carnivores et nouveaux animaux de compagnie (serpent, tortue, oiseaux etc). La santé publique et le bien être des animaux étant au coeur de notre métier, devons également connaitre l’aspect sanitaire (législation, abattoir, épidémiologie). 

(Source : École Nationale vétérinaire d’Alfort : https://www.vet-alfort.fr/formation/devenir-veterinaire/admission)

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

Comment as-tu financé ta formation ? 

 

J’ai toujours exercé en parallèle en tant qu’infirmière de mes études et grâce à l’école j’ai pu obtenir une bourse.

L’année du concours, je suis partie en mission 3 mois avec les Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF), pour financer ma prépa. Actuellement, l’été je travaille comme infirmière embarquée sur des navires de croisière.

Il est également possible d’obtenir un prêt à taux bas pour les étudiants, auprès des banques partenaires. Enfin, il existe plusieurs associations dans les différentes écoles vétérinaires qui  aident les étudiants via un système de prêt à taux 0 ou bien en versant des bourses.

 

Quels sont les avantages selon toi de devenir Vétérinaire après IDE ? 

 

On se souvient tous d’avoir entendu durant notre formation « faites des liens », « soyez polyvalents », « soyez acteur de votre formation ». On vous le répétera car dans les études vétérinaire, c’est pareil. Il faut savoir être autonome. Nous avons déjà acquis toutes ces bases. De plus, lors des stages, je sais déjà planifier les soins, participer aux transmissions, préparer les traitements, communiquer avec les propriétaires. Nous sommes déjà des professionnels et nous savons déjà où est notre place en stage ou dans le monde professionnel, et quels objectifs nous cherchons à valider.

Certes, la pratique est différente, ne serait-ce que par la taille des animaux qui change du tout au tout (passer d’un lapin nain à un dogue allemand, par exemple). Ainsi, on passe de l’équivalent d’un dosage pour « néo-nat » à un dosage adulte.

De plus, je n’ai aucune difficulté sur le relationnel avec les propriétaires d’animaux, ni lors des euthanasies, par exemple. Nous avons déjà eu à faire face à des patients ou des familles difficiles, et nous avons déjà tenue la main de quelqu’un jusqu’à la fin. Nous sommes armés face à ces situations. 

L’apprentissage théorique se rapproche beaucoup de l’humain, et nous faisons beaucoup de liens. Il est possible de travailler en tant qu’auxiliaire vétérinaire en parallèle des études afin de découvrir le milieu.

Sur le plan personnel, je dirais qu’on à la chance de pouvoir porter deux blouses. Depuis que j’ai repris mes études, je dois reconnaitre m’être beaucoup réconciliée avec le métier d’infirmière. Mes études m’ont donné beaucoup plus de connaissances, j’ai pu reprendre confiance en moi. Je peux plus aisément passer du « monde animal » au « monde humain » et j’aime l’idée de pouvoir travailler plus tard grâce à mes deux diplômes. Avec le recul, je n’abandonnerai pas le métier d’infirmière, j’en ferai un atout dans mon futur métier de vétérinaire.

 

Quelles sont les difficultés que ce soit pendant les études et même après en étant Vétérinaire ? 

 

Premièrement, il faut passer outre le cap de la reconversion et de se sentir en décalage avec son entourage. Il n’existe pas de chemin «normal ». Non. Nous avons tous une vie à vivre à notre rythme.

Deuxièmement, ce sont des études parfois difficiles et longues. Il y a trois ans de théorie puis deux ans de pratique. Il faut s’accrocher, s’avoir s’organiser, s’entourer de personne pour travailler. Finalement les semestres défilent et les années passent vites.

Personnellement, j’ai eu beaucoup de lacunes à rattraper, n’ayant pas du tout le même parcours que mes camarades. Mais à l’inverse, plus les années passent, et moins l’aspect pratique n’a de secret pour nous, c’est l’avantage. Même s’il reste beaucoup de nouvelles compétences techniques à acquérir. À l’école, nous disposons justement une salle appelée « Vet’Sims », réservée à cet apprentissage pratique : sutures, manoeuvres obstétricales, injections, chirurgie, etc. 

Il faut savoir que les vétérinaires ne sont pas reconnus comme « profession de santé » mais comme « profession technique et du cadre de vie », entre les architectes et les experts comptables.

C’est une profession qui peut être aussi difficile tant sur le plan psychologique que physique. Confrontations avec les propriétaires, faire face à l’échec, à la mort. Il y a beaucoup de burn-out et le taux de suicide augmente. Je pense que chaque métier à son côté difficile. Le tout est de se connaitre soi et ses limites. Savoir se remettre en question, prendre une autre direction afin de se protéger. Finalement, tout comme dans le métier d’infirmière !

 

Quelles sont les différentes façons d’exercer le métier Vétérinaire ? 

 

Il en existe tellement ! Pour la plus classique : praticien (en clinique, en parc zoologique, pour des associations comme Vétérinaires Sans Frontières, etc). On peut être salarié, en exercice libéral, collaborateur libéral, gérant ou associé. Il est aussi possible de choisir son domaine : canin (chiens, chats), rural (vaches, chèvres, mouton etc), équin, ou animaux de la faune sauvage. Faire des mixtes, en cumulant plusieurs domaines. On peut se spécialiser dans une pratique (en ophtalmologie, neurologie, par exemple), de passer des formations diplomates, participer à des congrès, etc.

Également, on peut travailler dans le domaine la recherche, que ce soit en tant qu’enseignant-chercheur en ayant la double mission de faire progresser la recherche dans sa discipline et de publier dans des revues scientifiques, tout en enseignant et en transmettant ses connaissances aux étudiants vétérinaires. En effet, les professeurs des écoles vétérinaires sont pour la grande majorité tous vétérinaires et avec une reconnaissance en Europe ou même internationale dans leur domaine ! Ou tout simplement superviser des travaux d’étude en travaillant dans la recherche scientifique pure. On peut également être vétérinaire biologiste, puis, directeur d’un laboratoire d’analyses, qu’il soit privé ou public. Ou encore dans des laboratoires pharmaceutiques. D’ailleurs, Albert Bourla, le directeur général de Pfizer est un vétérinaire.

D’autre domaine sont également très importants, comme l’industrie agro-alimentaire : contrôle des denrées alimentaires, qualité, hygiène, santé publique, ou conception des aliments pour animaux de rentes et de compagnie. Il existe un concours pour devenir Vétérinaire Inspecteur de la Santé Publique, suivi de deux ans d’études à l’école nationale de Lyon.

Au sein du Service de Santé des Armées, il y a également des vétérinaires d’active ou de réserve. Ils ont pour rôle d’assurer les soins aux animaux militaires, ainsi que leur protection, mais aussi de veiller à l’hygiène sanitaire (contrôle de la qualité des eaux et des denrées alimentaires, maitrise des risques de transmissions d’agents responsables de zoonoses ou d’épizootie animales, etc). On retrouve également une majorité de vétérinaires volontaires dans le corps des sapeur-pompiers.

Enfin, cela reste une minorité, mais il y a des vétérinaires où on ne les attend pas : en tant que guides, etc. Nombreux sont ceux qui ont touchés à plusieurs domaines d’exercice et qui trouvent chaussure à leur pied. Encore une ressemblance avec le métier d’IDE, non ? C’est un métier très riche et vaste. Ainsi, il n’est pas obligatoire de rester dans les soins.

D'infirmière à vétérinaire
  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn
D'IDE à vétérinaire
  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn
Infirmière vétérinaire
  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

(Source : vétérinaire.fr (site de l’ordre des vétérinaires) – Atlas démographique vétérinaire 2021 : https://www.veterinaire.fr/fileadmin/cru-1624896964/user_upload/Ressources_documentaires/Communication/publications/ODV-ATLAS-NATIONAL-2021.pdf)

Parité hommes/femmes et âge moyen

 

Reconversion infirmière en vétérinaire : conseils

As-tu un conseil en particulier à partager aux IDE qui se posent la question de reprendre leurs études pour devenir Vétérinaire ? 

 

Il ne faut surtout pas se décourager. Ça peut paraître simple à dire, mais vraiment si c’est vraiment un rêve, alors, il faut toujours essayer de l’atteindre afin de ne pas avoir de regret. Il ne faut pas hésiter à réaliser des stages en clinique, ou sur le terrain. En plus, cela sera un atout sur votre dossier pour le concours.

Durant cette reconversion, j’ai eu la chance d’avoir été entourée de gens formidables qui m’ont soutenue, autant durant la période de concours que durant mes études. Il faut rester positive et se battre jusqu’au bout.

Lorsque je me suis lancée dans ce projet de tout quitter pour réaliser un rêve qui paraissait fou, je ne connaissais personne. Aucun témoignage, rien. J’aurais aimé pouvoir discuter avec ces personnes, qui sont également sorties de leur zone de confort pour une incertitude totale. C’est pourquoi j’ai crée un groupe sur Facebook, afin que les gens se retrouvent juste au même endroit et puissent se rencontrer et échanger. Et je me suis entourée des gens qui ont cru en moi, que ce soit ma famille ou mes amies. Être soutenue est vraiment important.

IDE vétérinaire
  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

Souhaites-tu mettre ton contact IG si des IDE se posent des questions ? 

Je reste bien sûr disponible pour répondre à vos questions. Vous pouvez me contacter sur Facebook ou Instagram à « Caroline Erdeven ». Les questions pouvant profiter à tout le monde, n’hésitez pas à les partager sur la page Facebook « Reconversion vétérinaire ». Il me sera plus aisé de répondre à tout le monde en même temps.

 

 

Si tu souhaites atteindre ta vie IDEale, viens découvrir mon accompagnement pensé par et pour les IDE en quête d’évolution ou de reconversion professionnelle.

Ce contenu est protégé par des droits d'auteur

Tu es INFIRMIÈRE et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmière

Ton inscription est confirmée ! Vérifie dans ta boîte mail (et spams), tu as dû recevoir ton 1er conseil !

Tu es INFIRMIER(E) et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement ?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmier(e)

Ton inscription est confirmée ! Je viens de t'envoyer ton premier email -Charlotte

"De ma vie d'IDE à ma vie IDEale"

est actuellement fermée

Mais tu peux dès maintenant rejoindre la liste d'attente pour faire partie des premiers à être prévenus de la sortie de la prochaine session !

Ton inscription est confirmée ! Pour patienter, je viens de t'envoyer un premier email avec des conseils utiles à ta reconversion -Charlotte

Télécharger le programme

 

Renseigne tes coordonnées pour télécharger le programme

 

Merci pour votre intérêt, consultez votre boîte mail pour récupérer le programme

Share This