Quel est le salaire d’une infirmière libérale en 2022 ?

 

Il y a beaucoup d’idées reçues ou de mythes qui circulent sur le salaire que gagne une infirmière libérale.

Nous allons faire ici un tour d’horizon de la question avec l’aide de 3 IDEL qui témoignent de leur quotidien professionnel et donc de leur salaire.

 

Si tu souhaites avoir des informations sur le salaire d’une infirmière qui n’est pas IDEL, je t’invite à lire les articles suivants :

Quel est le salaire possible pour une infirmière ? et Quelle est la grille de salaire d’un infirmier en 2022 ?

 

Cet article va explorer la question du salaire des infirmières libérales.

Comment sont-elles rémunérées ? Quelles sont leurs contraintes et leurs charges ? Y a-t-il une différence de salaire entre les différents statuts ?

 

Enquête …

 

Qu’est-ce qu’une infirmière libérale ?

 

Selon la DREES, il y a 131 575 infirmiers libéraux en France (chiffre de 2021).

Une infirmière libérale est une infirmière indépendante qui n’est pas rattachée à un service ou un établissement.

Elle travaille en autonomie et est seule responsable de ses actes. Elle ne dépend d’aucune structure de soin.

Une IDEL se doit de respecter le Code de déontologie de tous les infirmiers et est amenée à réaliser de nombreux actes, souvent en se déplaçant au domicile des patients.

Cette spécificité dans le métier d’infirmière à de nombreux avantages, comme des inconvénients mais elle n’en demeure pas moins un maillon essentiel de toute la chaine de santé.

Si tu veux en savoir plus sur les différents statuts des infirmières libérales, sur toutes les missions qu’elles assurent et les perspectives d’évolution professionnelle, je t’invite à lire l’article dédié au sujet : Qu’est-ce qu’une infirmière libérale ?

Comment une infirmière libérale est-elle rémunérée ?

 

Le salaire d’une infirmière libérale n’est pas fixe comme celui d’une infirmière salariée d’un établissement.

Une infirmière libérale, quand elle est conventionnée, reçoit des versements de la sécurité sociale et des mutuelles des patients en fonction des actes qu’elle a effectués dans le mois si elle propose le tiers payant.

 

Devant les difficultés de paiements des mutuelles par exemple, certaines infirmières préfèrent être payées par le patient et c’est alors lui qui reçoit le remboursement de sa mutuelle.

 

Nous parlerons plus loin du choix d’être non conventionnée quand on est IDEL.

 

Tous les mois, les IDEL déclarent les actes qu’elles ont effectués à la CPAM qui les paie en retour.

La partie administrative est conséquente et certains cabinets d’IDEL passent par des secrétariats spécialisés.

Il est important de rappeler qu’une infirmière libérale qui ne travaille pas, ne touchera pas de salaire. L’un est vraiment corrélé à l’autre.

 

Le principe de la cotation des actes

 

Les soins et actes infirmiers ont été classés en fonction de leur technicité et du temps qu’ils demandent dans un tableau appelé nomenclature générale des actes professionnels (NGAP).

Cette mise en place permet de facturer les soins mais également les déplacements chez les patients par exemple.

 

Le principe de la codification des actes est un système complexe qui allie en même temps :

+ des lettres-clés, les valeurs de base des actes

+ des coefficients qui dépendent de la technicité de l’acte et qui multiplient la valeur de base de l’acte.

 

Tous les mois, les IDEL déclarent à la CPAM tous les actes effectués.

Il est possible d’utiliser un système papier avec des feuilles de soin ou bien utiliser la télétransmission.

Cette dernière solution est la plus utilisée aujourd’hui. Cela représente un gain de temps pour l’IDEL surtout si elle a des patients chroniques qu’elles voient tous les jours plusieurs fois et un règlement plus rapide de ses actes.

 

Les infirmières libérales utilisent souvent le lecteur TLA (qui permet de lire la carte vitale et sa carte de professionnel de santé) car certains logiciels possèdent une tablette dans laquelle le professionnel peut directement entrer sa CPS : carte de professionnel de santé et la carte vitale des patients.

 

La télétransmission est conditionnée à l’acquisition d’un logiciel de télétransmission, d’une CPS et d’une connexion internet suffisante.

 

Tu trouveras sur le site Améli la nomenclature complète mais si tu veux avoir une idée du prix que les actes représentent, le site Liber médical indique les actes et les tarifs correspondants.

 

Je te donne des exemples :

L’ablation de fils ou d’agrafes ; dix ou moins + un éventuel pansement est cotée 1 x AMI 2 et est facturée 6,30 euros.

L’administration et la surveillance de la prise d’une thérapeutique orale au domicile du patient est cotée 1 x AMI 1.2 et est facturée 3,78 euros. A cela s’ajoute une majoration de 1,35 euros appelée MAU ou Majoration d’Acte Unique si cet acte est réalisé seul.

Les charges et cotisations obligatoires pour les IDEL

 

Les charges et cotisations des infirmières libérales représentent environ 50% de leur chiffre d’affaire.

 

On peut noter dans les charges fixes :

+ La responsabilité civile professionnelle

+ La prévoyance, fortement conseillée

+ la mutuelle

+ le forfait de téléphone professionnel (petit mot de Mathilde, responsable du programme IDEL chez Charlotte k : « Il est hyper important de prendre un téléphone professionnel dès le début pour ne pas donner son numéro personnel et ainsi bénéficier de vrais jours de repos !!! »)

+ les frais de véhicule et essences

+ location du local

+ le logiciel de télétransmission avec son abonnement

+ le matériel médical

+ Le comptable

De nombreuses charges peuvent être déduites des impôts.

 

Une IDEL doit également payer des cotisations obligatoires à son exercice :

+ à l’URSSAF

+ à la CARPIMKO : la caisse autonome de retraite et de prévoyance des professions paramédicales

 

Ces charges et cotisations sont donc à déduire des salaires bruts et représentent environ 50 % du chiffre d’affaire, comme je te le disais plus haut.

 

Le salaire en fonction du statut : titulaire, associée, remplaçante

 

La CPAM paie chaque IDEL en fonction de sa télétransmission la plupart du temps.

La CPAM paie le cabinet lorsqu’il a été créé une société qui met donc en commun les honoraires.

 

Le titulaire paie son remplaçant en déduisant un pourcentage définit dans le contrat de remplacement établi entre les 2 parties (allant en principe de 5 à 10 % et correspondant aux frais de fonctionnement du cabinet).

 

 

Le salaire des IDEL non conventionnées

 

Quand on est IDEL, il n’est pas obligatoire d’être conventionnée. On peut choisir ou non de signer la convention avec l’assurance maladie.

Dans ce cas, les infirmières libérales qui n’adhèrent pas à la convention, sont libres de fixer leurs tarifs. Mais il faut savoir que de nombreux frais de santé ne seront pas remboursés aux patients.

Si tu souhaites avoir plus d’information sur l’exercice libéral non conventionné, n’hésites pas à écrire un commentaire à ce sujet. Nous creuserons la question si elle t’intéresse.

 

Quelles perspectives d’avenir pour le salaire des infirmières libérales ?

 

Une phase d’expérimentation est en cours en ce moment pour faciliter l’exercice des IDEL et le parcours de soin des patients.

« Les moyens proposés pour atteindre ce but sont l’incitation à un exercice infirmier en équipe, avec un mode de rémunération simplifiée, forfaitaire au temps passé auprès des patients (au lieu de la tarification en fonction des actes réalisés). » (Source Légifrance, arrêté du 12 juillet 2019 relatif à l’expérimentation EQUILIBRES)

 

Ce projet s’appelle l’expérimentation EQUILIBRES pour Equipes d’Infirmières Libres, Responsables et Solidaires. Il s’inspire du système de soin Néerlandais.

Concrètement, cela reviendrait à payer les IDEL 53,94 € par heure passée auprès de leur patient, quels que soient les actes pratiqués, les distances parcourues et la journée dans la semaine.

Tu peux, si tu le souhaites, lire le texte complet de loi concernant cette expérimentation Equilibres en cliquant sur le lien.

Quel est le salaire d’une infirmière libérale en 2022 ?

 

Témoignage de Clémentine

 

Quel est ton salaire mensuel ?

« Durant ma vie de remplaçante, j’ai travaillé dans 4 cabinets.

C’est le 1er où mon salaire est stable.

Je suis entre 3800et 4400e BRUT/mois donc autour de 2000e net. »

 

Comment es-tu rémunérée ?

 

« On me paie entre le 8 et 11 de chaque mois par virement ou chèque.

Nous travaillons tout le mois, et chaque fin de mois on vérifie tous les patients vus durant le mois ainsi que les cotations.

Ensuite on récupère les cartes vitales de tous les patients (je déteste ça, moi je ne travaillais qu’avec les escapad donc j’emmenais mon boitier chez le patient).

 

On les donne à la secrétaire qui « sécurise » tous les soins du mois à la CPAM puis les envoie. Le jour même ou lendemain on rend les cartes vitales.

 

La sécu paie quasi 3 jours après s’il n’y a pas de rejet sécu. Puis les titulaires font les comptes selon les jours travaillés de chacun et enlèvent 30% (dans les DOM c’est affreux, en métropole c’est entre 10 et 20% souvent).

Enfin ils me font le virement des 70% rétrocédés.

Donc il se passe bien 8 jours entre la sécurisation des cartes vitales et le moment où je reçois mon salaire. »

 

As-tu des aides, des compensations ?

 

« Non aucune aide car le salaire brut est assez élevé mais ne correspond pas à ta paie réelle.

Par contre, je défiscalise mon carburant, mes repas des jours travaillés, factures internet, électricité, téléphone portable, imprimante achat de cartouches etc.

 

Tout ce qui peut me service pour mon activité, achat de matériel et mes formations pro.

Avant j’achetais une paire de chaussures par an pour le boulot mais ce n’est pas défiscalisable donc j’ai dû arrêter.

 

Par contre, le coiffeur c’est possible en guise de frais de présentation face au patient.

Et aussi en fin d’années on offre des petits chocolats ou autres aux patients ou des fleurs lors des décès de nos patients, on peut faire passer ces gestes en cadeaux pros. »

 

Y a-t-il quelque chose que tu souhaiterais ajouter par rapport à cette question du salaire ?

 

« Dans les 3 autres cabinets, j’ai varié mon BRUT de 1800e (donc 900e net) à 7000e (donc 3500e net) durant quelques mois…

Malheureusement ça n’a pas duré.

Il y a sûrement 8 ans, j’avais gagné 15000 euros brut en 1 mois (j’avais bossé 30 jours d’affilé suite à l’arrêt maladie de mon associée), et quasi toute l’année autour de 7-8000 euros brut par mois…

A la fin de cette année, URSSAF et carpimko ont fait le réajustement habituel… Et j’avais dû payer 25000 euros en plus sur 2 mois.

Un vrai cauchemar !

 

Donc vraiment les cabinets qui font de gros salaires… Je fuis car on en devient prisonnier.

On gagne, on paie puis on travaille uniquement pour payer…et on oublie de vivre…

La bonne moyenne est de gagner 5000-6000 euros brut/mois.

Ça permet de vivre très confortablement, d’assumer ses projets avec moins de pression financière, d’investir etc… »

 

Témoignage de Christelle

 

Quel est ton salaire mensuel ?

 

« Je me fais entre 1500 et 2000 euros par mois.

J’essaye tous les mois de mettre 400 à 500 euros de côté car les cotisations sont environ 56% à redonner à l’Etat. »

 

Comment es-tu rémunérée ?

 

« Je suis rémunérée à l’acte selon un barème établit par La CPAM car je suis IDEL conventionnée. »

 

As-tu des aides, des compensations ?  

 

« Mon véhicule est à 70% pour mon travail, 30% personnel.

 

Mon gasoil est payé via mon compte pro en charges comme mon ordinateur, mon téléphone portable, mon internet pro et mon matériel infirmier. »

 

Y a-t-il quelque chose que tu souhaiterais ajouter par rapport à cette question du salaire ?

 

« J’ajouterai qu’il faut être bien entourée par un comptable et expert-comptable. »

 

Témoignage de Cathy

 

Quel est ton salaire mensuel ?

 

« 2500 à 3000€ nets selon les mois »

 

Comment es-tu rémunérée ?

 

« Paiement à l’acte : tu bosses ça rentre, tu bosses pas ça ne rentre pas.

 

Les charges fixes représentent environ 50% de nos recettes. »

 

Comment fonctionne le processus entre ton passage chez le patient et ton salaire à la fin du mois ?

 

« + Un médecin prescrit des soins

+ Le patient te choisit, on convient d’un rendez-vous

+ Tu factures tes soins en fonction de barèmes nationaux établis par la CPAM puis encaisses les horaires correspondants »

 

Y a-t-il quelque chose que tu souhaiterais ajouter par rapport à cette question du salaire ?

 

« Les conditions de travail empirent d’année en année, il faut arrêter de croire qu’on roule sur l’or ! »

 

 

Tu es infirmière libérale et tu souhaites échanger avec nous sur ce sujet du salaire ? N’hésite pas à nous écrire en commentaire 🙂

 

Ce format te plait et t’inspire ? Tu peux retrouver le témoignage d’Isabelle qui a choisi un exercice mixte, libéral et en structure hospitalière.

+ Si tu es infirmier ou infirmière et que tu cherches à te reconvertir ou évoluer professionnellement, viens rejoindre le groupe Facebook d’IDE en quête d’évolution professionnelle et n’hésite pas à nous suivre sur les réseaux sociaux, Youtube et Instagram.

+ Si tu souhaites devenir IDEL viens découvrir mon accompagnement spécifique pensé par et pour des infirmières libérales.

 

 

 

 

2/5 - (1 vote)
Share This