Évolution : d’infirmière à IBODE ou infirmière de bloc opératoire

Si tu es attirée par ce milieu spécifique qu’est le bloc opératoire, si tu aimes assister à des opérations et si l’envie de te spécialiser te trotte dans la tête depuis quelque temps, tu pourrais devenir infirmière de bloc opératoire ou IBODE.

En 2020, cette spécialité représentait 8211 IBODEs en France ( Dress 2020). 

 

En guise d’introduction, laisse-moi te faire découvrir un mot de Christophe Houzé, coordinateur général des soins, directeur des écoles spécialisées de l’APHP, IADE, IBODE et directeur du Centre de Formation des Assistants de Régulation Médicale des 8 SAMU d’Île-de-France :

 

“Devenir infirmier de bloc opératoire diplômé d’Etat c’est opérer une transformation et donc accepter celle-ci.

Il faut pour cela avoir de sérieuses bases scientifiques et être doté d’un sens aigu du relationnel avec le patient et aussi les autres professionnels de santé. Réussir le concours, c’est prouver qu’on a les prérequis pour entrer en formation. Pour réussir cette transformation, il faut être prêt à beaucoup travailler, car les savoirs à acquérir pour répondre aux exigences fixées sont nombreux. Ce projet doit donc être aussi de ceux qui vous soutiennent au quotidien…

Il faut avoir en tête que la sécurisation de la prise en soins repose sur vos épaules et nous devons garantir celle-la aux patients, à l’instar de l’équipe qui accueille des voyageurs à bord d’un avion. Nous avons la volonté, au sein des écoles spécialisées de l’AP-HP, de former un binôme de professionnels de santé spécialisés qui se connaît, sait travailler de concert afin de garantir cette sécurisation du parcours du patient et la qualité des soins afférente au bloc opératoire et ailleurs là où leurs compétences sont requises.

Nous sommes tous un maillon concourant à la prise en soins des êtres humains qui nous confient leur santé quand celle-ci défaille. Vous avez ce projet professionnel de devenir IADE ou IBODE, concrétisons-le ensemble.

 

Entrons maintenant dans le vif du sujet. Qu’est-ce exactement qu’une IBODE? Quels sont ses champs d’action ? Comment fait-on pour le devenir ? Quels sont les témoignages des IBODEs en activité ?

 

Enquête au bloc opératoire !

 

Qu’est-ce qu’une IBODE ?

 

Une IBODE ou infirmière de bloc opératoire est une infirmière diplômée d’État spécialisée dans la prise en charge des patients au bloc, juste avant, pendant et après une intervention chirurgicale.

 

C’est un métier technique qui comporte beaucoup de responsabilités. De plus, les compétences relationnelles sont primordiales à un moment où les patients sont exposés à un grand stress avant leur opération.

 

Quels sont ses champs d’action au quotidien ?

 

L’IBODE travaille dans l’environnement particulier qu’est le bloc opératoire. Elle prépare les salles, prend le patient en charge depuis son entrée en salle d’opération jusqu’à son entrée en salle de réveil.

Évolution d’infirmière à IBODE ou infirmière de bloc opératoire (1)
  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

Elle travaille sur prescription médicale, sur protocole, en étroite collaboration avec tous les professionnels présents dans le bloc : infirmier anesthésiste, chirurgien, etc.

Depuis 2015, les actes pratiqués par les infirmiers de bloc opératoire sont qualifiés d’exclusifs ; ils comprennent l’aide à l’exposition du patient, l’hémostase et l’aspiration durant l’intervention.

 

Concrètement, l’IBODE participe à la préparation, l’installation chirurgicale du patient, parfois assiste le chirurgien en tant qu’aide opératoire et peut être amenée à assurer la fermeture cutanée et les pansements.

 

Elle joue également un rôle dans la désinfection et le reconditionnement des instruments. Ses rôles sont multiples comme tu le verras dans le témoignage de Chantal à la fin de cet article.

 

Au bloc, l’IBODE peut avoir un rôle spécifique de :

 

  • infirmier circulant
  • aide-opératoire
  • instrumentiste

 

Comment devenir IBODE ?

 

Il y a actuellement deux voies pour devenir infirmière de bloc opératoire. 

Le prérequis de base est d’être infirmière diplômée d’État.

 

1- L’école d’IBODE

 

Effectuer la formation de la spécialité est la première option pour les IDEs.

La formation se déroule dans des écoles agréées et dure 18 mois. Pour y entrer, il faut passer un concours.

 

Le concours d’entrée en école d’IBODE

 

Pour passer le concours d’entrée en école d’IBODE, il n’est plus nécessaire de justifier d’un certain nombre d’années d’expériences. Tout IDE diplômé peut se présenter.

 

Le concours comprend :

 

  • Une épreuve d’admissibilité. Épreuve écrite de 1 h 30 avec des questions pour évaluer les connaissances issues du programme de formation des IDEs.
  • Une épreuve orale d’admission de 10 min (avec un temps de préparation de 20 minutes) de présentation sur un sujet de pratique professionnelle puis 10 min de questions du jury.

 

Quel sont la durée et le contenu des études d’IBODE ?

 

La formation dure 18 mois et comprend 870 heures de cours théoriques et 1365 heures de pratique en stages. 

 

Les études comprennent un module approfondi de formation en hygiène hospitalière et lutte contre les infections nosocomiales, un module dédié au matériel, à l’environnement technologique, un module sur l’anesthésie, les différentes opérations et modes opératoires, sur le rôle de l’infirmier circulant, instrumentiste ou aide-opératoire et enfin un module en droit et législation soit 4 modules en tout.

 

39 semaines de stage sont obligatoires en chirurgie ostéo-articulaire, chirurgie viscérale, stérilisation, hygiène hospitalière et endoscopie, sans compter les stages optionnels.

 

2- la VAE est la deuxième voie pour devenir IBODE

 

Depuis 2014, il est possible d’obtenir cette spécialité par Validation des Acquis d’Expérience ou VAE. Le dernier texte de loi sur la VAE date du 29 janvier 2021.

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

Il établit la mise en place d’un dispositif transitoire permettant aux infirmiers qui ne sont pas IBODE mais qui font “fonction de” et sont expérimentés de poursuivre leurs activités et d’avoir la reconnaissance de leur métier au quotidien et de leurs compétences par cette validation.

Il y a certaines conditions comme l’expérience professionnelle d’au moins un an à temps plein en “faisant fonction” d’IBODE .

 

Pour cela, ces IDE doivent transmettre un dossier très complet d’inscription à la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de leur lieu d’exercice et suivre une formation de 21 heures dans une école d’IBODE.

 

 

Quels sont le cout de la formation d’IBODE et les possibilités de financement ?

 

Il y a tout d’abord des frais d’inscription au concours. Ils sont, par exemple de 100 euros au CHU de Bordeaux.

Ensuite, le cout varie en fonction des écoles :

  • À Brest, les frais sont de 8175 euros par an et 350 euros de frais d’inscription pour les 18 mois de formation.
  • Pour l’école de Nice, ces frais sont de 8000 euros par année d’étude.
  • À Rennes, il faut compter 5200 euros pour une année.

 

Dans un précédent article sur les études de kinésithérapie, nous avons détaillé plusieurs sources de financement possibles, tu peux le retrouver en cliquant sur ce lien : Possibilités de financement.

 

Pour compléter la partie théorique de cet article, voilà deux témoignages qui te permettront d’entrer un peu plus au cœur du quotidien des IBODEs.

 

Témoignages de Florence, IBODE

 

Bonjour, peux-tu te présenter et décrire ton poste actuel ?

Depuis 2017 je suis intérimaire. Au début, j’ai tourné dans plusieurs blocs différents puis progressivement dans 2 cliniques. Depuis plus de 2 ans je ne travaille que dans une seule clinique, car ils me prennent toutes mes disponibilités. En gros je suis une intérimaire en poste fixe 😉

J’ai choisi l’intérim pour adapter mon planning à mes enfants (8,4 et 2 ans) et à mon mari qui a beaucoup de déplacement.

 Pourquoi as-tu choisi la spécialité d’IBODE ?

Lors de mes études IDE j’ai souhaité faire mon stage optionnel au bloc, car cela ne faisait pas partie du cursus obligatoire. J’ai adoré.

La cadre du bloc m’a dit que j’étais clairement faite pour le bloc et qu’il fallait que je fasse l’école d’IBODE.

Quelle voie as-tu empruntée ? École ou VAE ?

J’ai travaillé en service pendant les 2 ans obligatoires (très bonne expérience) puis passé le concours d’entrée à l’école d’IBODE de la Pitié Salpêtrière.

J’ai effectué ma formation aux actes exclusifs à Pellegrin en 2019 (Bordeaux)

 

Quels souvenirs gardes-tu du concours ? Comment t’y étais-tu préparée ?

Ça n’a de concours que le nom ! Il y avait moins de candidats que de nombre de places… certains ont quand même été recalés !

Je ne me souviens plus exactement du concours, car ça date de 2009. Je ne m’étais pas tellement préparée, j’avais juste lu des livres de prépa pour le concours. L’école d’IDE n’était pas encore trop loin, c’était la continuité pour moi.

Les questions portaient sur mon travail du quotidien en service du coup ça m’a semblé facile.

 

Quelles sont selon toi les qualités pour être IBODE ?

Une IBODE doit avoir un grand sens de l’organisation et de l’anticipation. Elle doit être capable de répondre rapidement aux demandes des chirurgiens et des ARE et agir vite.

Il faut être rapide et efficace. La « mollesse » n’a pas sa place dans un bloc.

Il faut du sang froid pour s’adapter aux situations de stress dû à l’intervention ou simplement au caractère des différents intervenants du bloc.

Il faut être adaptable. Il faut pouvoir s’adapter à différentes spécialités, différentes interventions et différentes habitudes. S’adapter également au patient que l’on a en face de nous avant qu’il dorme. Nous accueillons les patients dans un endroit où ils n’ont très souvent pas envie d’être. Certains sont stressés d’autres moins. Le stress peut prendre beaucoup de formes différentes et c’est à nous de faire en sorte que le patient se sente le mieux possible. Il en est de même pour les chirurgiens. Avec certain il faut savoir se taire, d’autre rire…

Il faut être multitâches. Il faut suivre l’intervention et être attentive à ce qui se passe dans sa salle en même temps qu’on anticipe la suite des interventions de la journée tout ça sans oublier de remplir toute la paperasse.

 

Quels conseils donnerais-tu à une IDE qui souhaite se lancer ?

Fonce !

Il faut oser entrer au bloc et s’accrocher, car ce n’est jamais facile au début. Le bloc est un milieu hostile, mais une fois qu’on a pris ses marques ont y passe de très bon moment. On sait très vite si on est fait pour ou pas.

Je fais partie des rares IBODEs n’ayant pas travaillé dans un bloc avant l’école et je le recommande. L’école d’IDE ne forme pas pour le bloc, il faut tout apprendre donc autant le faire correctement à l’école d’IBODE plutôt qu’en formation accélérée sur le terrain.

C’est plus facile d’enchainer les études que de les reprendre plus tard. La VAE est très fastidieuse.

 

Témoignage de Chantal, IBODE

 

Bonjour, pouvez-vous vous présenter et décrire votre poste actuel ?

Je suis Chantal, j’ai 59 ans, j’ai eu 4 enfants et suis veuve depuis peu.

 

J’ai obtenu mon diplôme d’infirmière en juin 1984 et j’ai travaillé pendant 12 ans à l’hôpital B au bloc de traumato-orthopédie de Lille. Puis mon époux ayant eu une promotion professionnelle, je l’ai suivi avec nos 3 aînés à Versailles.

J’ai alors, par voie de mutation, intégré le centre hospitalier André Mignot de Versailles, au bloc pluridisciplinaire où j’ai appris d’autres chirurgies que l’orthopédie (chirurgie digestive, gynécologie-obstétrique, urologie, chirurgie vasculaire et thoracique, enfin spécialités chirurgicales :ORL stomato ophtalmo ).

 

En 2001, j’ai enfin choisi de régulariser ma situation, je me suis inscrite au concours d’entrée à l’école d’IBODE de Foch pour obtenir le sésame et être encore plus légitime ; j’ai intégré la formation en septembre de cette même année en promotion professionnelle, donc prise en charge financièrement par l’hôpital public. J’ai été diplômée en juin 2002, dernière promotion à 10 mois de formation.

 

Mon mari a pris le relai dans la gestion quotidienne des enfants, qui avaient à l’époque 12,11 et 8 ans. Il est indispensable que le mari ou le compagnon libère du temps à l’élève, car l’alternance de cours et de stages est très fatigante ! Antinéa est née en 2004, cerise sur notre gâteau à 3 étages.

J’ai pris ma retraite de la fonction publique en 2008, j’ai fait de l’intérim et des vacations pendant 5 ans puis j’ai commencé à faire de l’aide-opératoire pour un urologue dans une clinique privée où j’ai maintenant un poste à 80%.

 

Quel est votre travail au quotidien ?

  • Préparation des différentes interventions de la journée : dispositifs médicaux stériles restérilisables et à usage unique, appuis nécessaires à l’installation du patient en fonction de la chirurgie prévue.
  • Ouverture de la salle d’intervention qui nous a été attribuée : mise en adéquation des différents DM en fonction de la chirurgie, vérification indispensable de la propreté des locaux, vérification des différents points de sécurité pour le patient et le personnel.
  • Aide à l’installation de la personne soignée en prenant soin d’éviter des zones de compression, des attitudes vicieuses pouvant être dommageables pour celle-ci.
  • Mise à disposition de tous les instruments nécessaires à l’intervention, dates de stérilisation vérifiées.
  • Évacuation des instruments souillés en fin d’intervention dans le bac de décontamination préalablement préparé par nous.
  • Aide au pansement.
  • Travail de traçabilité, bloc-stérilisation, cahier de police, examen histologique, dispositif médical implantable.
  • Re préparation de la salle d’opération pour la seconde chirurgie prévue dans cette salle.
  • Fin de journée, remplissage des différentes armoires de la salle d’op pour la collègue du lendemain… travail d’équipe !

Peut-être que j’aurai pris le temps de boire un café et soulager ma vessie !!!

 

Pourquoi avez-vous choisi de devenir IBODE ?

 

J’ai travaillé l’été qui a précédé mon entrée à l’école d’infirmière au bloc opératoire de Béthune en tant qu’aide-soignante, et cela m’avait bien plu. C’était en 1981. J’ai commencé ma formation IDE en 1981 et l’ai terminée en 1984.

 

J’ai postulé au CHU de Lille où ils recrutaient 120 IDE dont 20 étaient prévues pour le nouveau bloc. De 4 salles de chirurgie, on passait à 12, et de 4 IDE, il en fallait 20 de plus, basé sur le volontariat. 18 volontaires et 2 tirées au sort… une amie, qui est aujourd’hui puéricultrice, avait été malheureusement piochée, je suis allée à sa place au bloc et n’en suis jamais ressortie !

 

En 37 ans de bloc, je ne me suis jamais ennuyée, je ne suis jamais allée bosser avec un boulet au pied. 37 ans de remise en question, de plaisir à varier les disciplines, une richesse de rencontre humaine.

Mes journées sont toujours bien remplies et je reconnais que celles de 12 h sont fatigantes.

Le poste que j’occupe à la clinique me permet d’exercer les rôles de circulante et d’aide-opératoire ; l’hôpital m’a permise d’exercer le 3° rôle de l’IBODE, instrumentiste.

 

Quels souvenirs avez-vous du concours d’entée ?

 

Méga stress à l’écrit, car nous sommes plus des techniciennes que des écrivains et il est difficile d’écrire simplement ce qu’on fait quotidiennement.

Question d’anatomie sur le cœur : j’ai commencé par annoter le schéma de l’organe en inversant droite et gauche.

Oral : question d’orthopédie,(fracture de Poutteau-Coles) que j’ai pratiquée pendant 12 ans, donc j’étais très à l’aise. Au cas où c’eut été plus difficile, j’avais mis une jupe pour séduire le jury !!!

 

C’aurait été très douloureux et honteux pour moi de ne pas avoir ce concours,  17 ans de bloc balayés d’un coup. La réussite à ce concours m’a confortée dans ma légitimité de vouloir obtenir ce sésame.

 

Je dis encore souvent aujourd’hui, j’ai un diplôme que beaucoup de mes collègues n’ont pas ! J’ai longtemps été opposée à la VAE, car l’année de formation telle que je l’ai faite, a mis ma vie en suspens ; j’ai eu la chance d’avoir un époux compréhensif et dévoué pour la famille. Après avoir bossé avec 2 jeunes collègues sur l’écriture de leur dossier de VAE, je peux dire aujourd’hui qu’elles méritent de l’obtenir, car c’était un travail fastidieux ! 18 mois de formation de nos jours, c’est à la fois long et court, mais difficile pour le couple et la famille. Bon nombre de couples ne survit pas à cette épreuve.

 

Selon vous, quelles sont les qualités pour être une IBODE ?

  • Une connaissance précise de l’anatomie
  • Le sens de l’organisation
  • Une grande disponibilité
  • Des qualités humaines et relationnelles : le profil de poste d’une IBODE est très différent de celui d’un service d’hospitalisation. Même si le patient reste au centre de la problématique, il y a plus de monde qui gravite autour ( chirurgien, interne, anesthésiste, iade, brancardier)
  • Savoir, savoir être, savoir faire… reste valable au bloc.
  • On apprend pendant toute la carrière, les nouvelles technologies.

Quels conseils pouvez-vous donner à une IDE qui souhaite se lancer ?

 

Au bloc on est très technique et un peu moins pharmacopée… Il faut aimer ce qu’on fait : toute infirmière ne peut pas être ibode !

Il me parait plus judicieux de faire la formation standard en école pour les jeunes et faire la VAE pour les plus anciennes sans pour autant leur donner ! Il ne faut pas solder ce diplôme !

 

L’école est une remise en question de nos pratiques professionnelles : même si j’avais 17 ans de bloc derrière moi, et je connaissais beaucoup de disciplines chirurgicales, j’ai énormément appris et cette formation m’a permise de structurer mes connaissances et des certitudes.

Il y a beaucoup de poste vacant au bloc, donc forcément des opportunités.

 

Quoiqu’il en soit, il faut garder une ouverture d’esprit !!

 

  • Si tu es infirmier, infirmière et que tu cherches à te reconvertir ou évoluer professionnellement, viens rejoindre le groupe Facebook d’IDE en quête d’évolution professionnelle !
  • Si tu souhaites atteindre ta vie IDEale, viens découvrir mon accompagnement pensé par et pour les IDE en quête d’évolution ou de reconversion professionnelle.
5/5 - (1 vote)

Ce contenu est protégé par des droits d'auteur

Tu es INFIRMIÈRE et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmière

Ton inscription est confirmée ! Vérifie dans ta boîte mail (et spams), tu as dû recevoir ton 1er conseil !

Tu es INFIRMIER(E) et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement ?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmier(e)

Ton inscription est confirmée ! Je viens de t'envoyer ton premier email -Charlotte

"De ma vie d'IDE à ma vie IDEale"

est actuellement fermée

Mais tu peux dès maintenant rejoindre la liste d'attente pour faire partie des premiers à être prévenus de la sortie de la prochaine session !

Ton inscription est confirmée ! Pour patienter, je viens de t'envoyer un premier email avec des conseils utiles à ta reconversion -Charlotte

Télécharger le programme

 

Renseigne tes coordonnées pour télécharger le programme

 

Merci pour votre intérêt, consultez votre boîte mail pour récupérer le programme

Share This