D’infirmière à Assistante de régulation médicale ou ARM

 

Lorsqu’une personne appelle les secours, un interlocuteur lui répond immédiatement. Il écoute le motif de l’appel, enregistre les informations et décide de la conduite à tenir : conseiller d’aller consulter son médecin, orienter sur la conduite à tenir, déclencher une intervention etc. Cet interlocuteur est un assistant de régulation médicale.

Nous allons te présenter cette profession et les possibilités de reconversion ou d’évolution pour les infirmières qui souhaitent devenir assistantes de régulation médicale.

 

Qu’est-ce qu’un assistant de régulation médicale ? 

 

L’assistant de régulation médicale est le premier élément de la chaîne de secours avant une prise en charge hospitalière. Comme je te le disais en introduction, c’est le premier interlocuteur des personnes qui appellent les numéros d’urgence, le 15 ou le 112.

Son rôle est d’écouter les informations et de les analyser pour aider au mieux et le plus rapidement possible les personnes qui en ont besoin. Il pose des questions pour cerner la situation de manière précise et fait un choix d’orientation en fonction des données qu’il a recueilli.

Il est également possible que l’ARM guide l’appelant dans la réalisation de gestes de première urgence.

Quand il a traité les informations, l’ARM contacte les professionnels de santé adéquats : médecin traitant, hôpital, sapeurs-pompiers.

Il doit connaître la position de chaque intervenant, prend les bilans des secouristes et appelle les structures d’accueil pour prévenir de l’arrivée de victimes si besoin.

Durant tout le processus, l’ARM tient un dossier de régulation pour assurer le suivi et la continuité des soins par les différentes équipes.

“L’ARM, premier maillon de la chaîne des secours, accueille tous les appelants du 15, ouvre un Dossier de Régulation Médicale, hiérarchise le degré d’urgence de la demande puis qualifie l’appel.., avant de transmettre les éléments essentiels au médecin régulateur adapté.

L’ARM déclenche les moyens adaptés et assure le suivi des missions des différents effecteurs, partenaires de l’Aide Médicale d’Urgence, jusqu’à l’admission du patient dans un service de soins. Il peut également assurer le guidage de gestes de soins d’urgence par téléphone.

L’ ARM peut également orienter les appelants nécessitant une écoute ou une prise en charge médico-sociale vers les structures partenaires en aval des SAMU-Centre 15.”

(Source l’union nationale des assistants de régulation médicale)

 

Quelles sont les qualités requises pour être assistant de régulation médicale ?

 

De nombreuses qualités nécessaires à ce métier sont également indispensables en tant qu’IDE. 

  • Écoute
  • Capacité à instaurer rapidement une relation de confiance
  • Bonnes connaissances techniques
  • Bonnes connaissances de l’organisation des secours et des moyens à disposition
  • Précision
  • Sang froid
  • Sens des priorités
  • Esprit d’équipe

 

Quelle est la formation nécessaire pour devenir assistant de régulation médicale ?

 

Depuis 2019, pour devenir assistant de régulation médicale, une formation est nécessaire et sanctionnée par un diplôme. 

La formation initiale est mise en place pour les nouveaux professionnels, mais doit être effectuée d’ici 2024 par tous les ARM déjà en poste, avec des conditions spécifiques.

Pour obtenir le diplôme, et c’est ce qui va nous intéresser dans le prochain point, il y a 3 voix possibles :

  • La formation initiale complète d’un an.
  • La VAE pour les personnes qui ont déjà une activité professionnelle en lien avec le métier d’ARM. 
  • Une voie particulière réservée aux ARM déjà en poste lors de la promulgation de l’arrêté sur la formation.

La formation complète est dispensée sur tout le territoire français dans 10 centres de formation des assistants de régulation médicale. Elle dure une année scolaire, soit 10 mois à temps plein. Elle comprend des cours théoriques et des stages sur le terrain. 

Tu trouveras tous les détails du texte de loi en suivant le lien Décret relatif au diplôme d’assistant de régulation médicale


La sélection d’entrée à l’école se fait sur dossier puis entretien. 

 

Que comporte la formation initiale pour devenir assistant de régulation médicale ?

 

Au cours de la formation initiale, 4 blocs de compétences sont enseignés :

+ Traitement d’un appel dans les centres de réception et de régulation des appels installés dans les services d’aide médicale d’urgence. Ce premier bloc dure 10 semaines et comporte 3 modules : rôle et cadre d’exercice de l’ARM, connaissance des situations d’urgence et communication.

+ Mobilisation et suivi des moyens opérationnels nécessaires au traitement de la situation sur décision médicale. Ce bloc dure 4 semaines et comprend 2 modules : Parcours patients et ressources associées et moyens opérationnels.

+ Traitement des informations associées à la régulation, à la qualité, à la sécurité et à la vie du service. Cette partie va durer 5 semaines et comporter 2 modules : traitement des informations et informatique puis qualité, sécurité et gestion des risques.

+ Appui à la gestion des moyens lors de la mise en œuvre des dispositifs prévisionnels de secours, en situation dégradée et en situation sanitaire exceptionnelle. D’une durée de 2 semaines, ce bloc de compétences comprend 2 modules : gestion des moyens en situation exceptionnelle et communication, comportement et traitement des informations en situation exceptionnelle.

 

Quelle est la spécificité des infirmières en termes de formation pour devenir ARM ?

 

Tu l’as vu plus haut, pour les professionnels de santé qui ont exercé dans un secteur proche des services d’urgence, il existe une possibilité de Validation des Acquis d’Expérience (VAE).

Cette voie est assez complexe, car il s’agira pour la personne qui en fait la demande et le jury de réussir à définir toutes les compétences déjà acquises.

Si cette étape est validée, cela permet de raccourcir la durée de la formation, ce qui est en général le cas pour les infirmières.

« La VAE est possible pour tous les professionnels à la condition que l’expérience soit en rapport avec la certification souhaitée. Les IDE bénéficient d’un allègement du contenu de la formation. »

(Source : école des ARM de Marseille)

“Des dispenses de suivi de certains enseignements et de certaines évaluations de la formation ARM seront accordées aux titulaires des diplômes ou titres professionnels, entre autres pour les aides-soignants, auxiliaires de puériculture, ambulanciers, accompagnants éducatif et social, aides médico-psychologiques, … Un arrêté déterminera et fixera prochainement le contenu de ces dispenses. Dans l’immédiat, les personnes concernées peuvent se rapprocher des CFARM. “

(source: Ministère de la Santé)

 

Quel est le coût de la formation ?

 

La formation peut coûter jusqu’à 8 000 euros pour le cursus complet, mais dans certains cas, une aide au financement est accordée par le ministère de la santé. 

Pour en savoir plus sur les possibilités de financement des formations, tu peux lire le paragraphe de l’article dédié à cette question : possibilités de financement.

Les frais d’inscription sont plafonnés à 100 euros.

 

Combien gagne un assistant de régulation médicale ?

 

L’ARM est un agent relevant de la catégorie B de la fonction publique hospitalière. 

Son salaire mensuel brut, primes incluses, varie en début de carrière de 1800 € (1er échelon du premier grade) à 3200 € (dernier échelon du troisième grade) en fin de carrière.

 

Témoignage de Florian, assistant de régulation médicale et superviseur au SAMU

 

Peux-tu te présenter et présenter ton parcours ?

 

« Titulaire du baccalauréat et d’un diplôme d’aide-soignant, aujourd’hui certifié par le CFARM NANCY (Centre de Formation des Assistants de Régulation médicale), j’exerce dans le monde hospitalier depuis près de 20 ans. 

La diversité de mes affectations m’a permis d’acquérir une réelle expérience dans la prise en charge des patients et leur parcours de soins. L’expérience de terrain et les connaissances du fonctionnement intra et inter-hospitalier ont permis une adaptation et une évolution rapide dans la prise en charge des soins non programmés et de l’urgence. » 

 

Quel est ton travail actuellement ? En quoi consiste-t-il ? 

 

« Je suis donc assistant de régulation médicale, et j’exerce la fonction de superviseur. 

Les postes ont une durée de 12 heures / 09h-21h.

 

Chargé de la partie informatique et des télécommunications, mon expérience est reconnue par les techniciens du SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours), EXOS (nom du logiciel utilisé), CHR, toujours dans le souci de tirer avantage d’une interconnexion directe et sécurisée optimisant les stratégies de soins.

 

Je suis aussi responsable des données d’activité statistiques SAMU. Mon travail s’appuie sur la recommandation de la Haute Autorité de Santé HAS et des réflexions autour du référentiel Métier SAMU SFMU (Société Française de la Médecine d’Urgence). 

 

Missions générales : le superviseur du Samu-Centre 15 détermine et pilote les moyens humains et s’assure du fonctionnement des équipements techniques et informatiques. Il coordonne l’activité du Centre de Régulation et de Réception des Appels, en lien avec le cadre manager, afin d’atteindre les objectifs de performance du Samu-Centre 15. Il produit les tableaux de bord et les rapports d’activité à l’attention de la direction de service/pôle.

 

Missions permanentes : organisation et gestion opérationnelle des activités et projets, coordination avec les interlocuteurs internes et externes :

+ Veille au bon fonctionnement des outils techniques (téléphonie, informatique, radiocommunication, etc.) et des différents matériels de la salle de régulation 

Supervise et optimise l’activité du Samu-Centre 15 :

+ Assure l’analyse prospective et l’anticipation des besoins en personnel du centre 15 (adéquation charge-ressources).

+ Pilote les indicateurs d’activité grâce aux outils de supervision. 

+ Assure le reporting statistique des activités du Samu centre 15. 

+ Participe au recrutement et l’évaluation des pratiques professionnelles.

 

+ Repère les incohérences dans les processus et fait des suggestions pour améliorer leur pertinence. »

 

Comment s’est passée ta formation et as-tu réussi à avoir certains modules d’office du fait de ta fonction d’aide-soignant ?

 

« Exerçant depuis 2009 au SAMU 57, mon expérience de soignant a permis une meilleure adaptabilité au métier. 

Effectivement, le processus de validation de mes acquis n’a pas été long, dans mon cas. Mon dossier, les formations continues déjà effectuées dans le passé et un entretien avec le Jury du CFARM ont pu répondre à leurs attentes.

 

 De ce fait, l’intégralité des modules a été validée sans nécessité de repasser un module en particulier. Je sais que le parcours de certains de mes collègues a été plus difficile du fait du parcours individuel de chaque agent avant leur prise de fonction, leur ancienneté en tant qu’ARM (Secouriste – Pompier volontaire – Arm d’un autre SAMU – agents contractuels faisant fonction ARM etc). »

 

Quelles sont, selon toi, les grandes qualités à avoir pour être assistant de régulation médicale?

 

« Aujourd’hui, le service d’accès aux soins doit permettre d’accéder à distance à un professionnel de santé pouvant fournir un conseil médical, proposer une téléconsultation, orienter selon la situation vers une consultation non programmée en ville, vers un service d’urgence ou déclencher l’intervention d’un SMUR, par exemple.

 

Les ARMS sont le point de départ de toute prise en charge, identifiant le lieu, la/les victimes et le motif d’urgence de chaque appel reçu au SAMU. Travaillant directement avec le médecin régulateur, l’ARM assure, sous autorité du Coordinateur/Superviseur, la bonne conduite des dossiers, l’exécution des prescriptions médicales, la transmission des informations auprès de nos partenaires (plateaux techniques- urgences etc.)

 

Les qualités appréciées dans ce métier sont : 

 

. Humaines :  la maîtrise de soi, l’empathie, la capacité à identifier rapidement la nature de l’urgence en créant une relation de confiance avec le requérant. 

. Spécifiques au métier de la santé : maitrise des notions de secourisme et dans le téléguidage des gestes qui sauvent, du fonctionnement pré et inter hospitalier, des effecteurs/partenaires du SAMU.

. Géographiques : bonne connaissance des communes, lieux remarquables du département dans lequel on exerce, comme les plateaux techniques et les établissements de santé de référence.

. Linguistiques : la maitrise des langues permet d’éviter les prises en charge difficiles liées à la barrière linguistique. Ici au SAMU 57, nous réceptionnons les appels 112 et avons une forte demande liée à la proximité avec la frontière allemande – luxembourgeoise. »

 

Que conseillerais-tu à une infirmière qui souhaite se lancer ?

 

« Une très bonne question que j’aimerais à l’avenir développer via les IFSI (instituts de soins infirmiers). 

A l’heure actuelle, nous n’avons pas d’infirmiers en salle de régulation médicale. Seuls les Arms assurent le bon fonctionnement des opérations, sous l’autorité du Médecin régulateur et du superviseur de salle.

Les infirmiers ont besoin de connaître le fonctionnellement du SAS et de la permanence des soins du secteur qu’ils couvrent, car il est évident qu’ils seront amenés à être à l’origine de nombreux dossiers de régulation médicale. Les soignants ont un devoir d’exigence dans la bonne gestion de ces appels. Un secouriste sur place est très précieux pour le juste soin. C’est pourquoi, j’ai en projet de me rapprocher de leur structure de formation et de participer à la mise en place de modules spécifiques pour les sensibiliser aux nombreuses solutions qu’apporte le service d’accès aux soins.

Pour conclure, je conseillerais aux infirmières aimant l’urgence, de se perfectionner dans leur formation et de postuler dans un service d’urgence, intégrant par la suite une équipe Smur/Samu par exemple. Ils peuvent intégrer aussi des équipes de secouriste (croix rouge etc.) participant à l’activité pré-hospitalière. »

 

Pour aller plus loin

Tu peux, si tu souhaites plus de renseignements et en savoir plus sur le contenu de la formation, aller sur le site de l’union nationale des assistants de régulation médicale et notamment visionner la vidéo de l’onglet formation : Se former au métier d’ARM

 

Profil LinkedIn de Florian : Florian Blies 

 

Si tu es infirmier ou infirmière et que tu cherches à te reconvertir ou évoluer professionnellement, viens rejoindre le groupe Facebook d’IDE en quête d’évolution professionnelle et n’hésite pas à nous suivre sur les réseaux sociaux, Youtube et Instagram.

Si tu souhaites atteindre ta vie IDEale, viens découvrir mon accompagnement pensé par et pour des infirmières en quête d’évolution ou de reconversion professionnelle. 

4.7/5 - (3 votes)
Share This