Sélectionner une page

Contenu : Reconversion infirmière en sophrologue. Les infirmières que j’accompagne me parlent parfois de sophrologie. Sûrement parce que le besoin de relaxation après des heures de service éprouvantes se fait sentir. Cet article vous aidera à comprendre un peu mieux ce métier et comment une infirmière peut se reconvertir en tant que sophrologue.

 

Aujourd’hui, je regardais une vidéo qui date de janvier 2020.

Dans laquelle, la cheffe du service diabétologie de la Pitié-Salpêtrière, Agnès Hartemann, s’exprime au nom de 1 200 autres médecins qui démissionnaient de leurs responsabilités administratives pour ne plus participer à la gestion du manque de moyen à l’hôpital.

Dans cette vidéo, elle explique qu’elle n’en pouvait plus de voir que la direction réfléchissait en termes de séjours au lieu de réfléchir en termes de soins.

Elle dénonce l’impact que cela a sur son service et en particulier sur son équipe d’infirmières.

Elle a, en effet, besoin en permanence de 2 infirmières minimum pour pouvoir assurer les soins et surveiller correctement les patients.

Sauf que la direction avait décidé de ne faire tourner le service qu’avec 1 seule infirmière les samedi et dimanche après-midi.

Le résultat ne s’est pas fait attendre.

Au bout de quelques mois, les infirmières étaient épuisées et elle a perdu son équipe qu’elle avait mis du temps à former aux spécificités de son service.

Elle les a remplacé mais la pilule ne passe pas.

Pour préserver sa nouvelle équipe, elle est obligée d’arbitrer le vendredi pour ne pas prendre de nouveaux patients lourds afin d’alléger la charge de travail de l’infirmière du weekend.

Cette vidéo m’a touché.

Elle montre bien la réalité de l’hôpital en France de nos jours.

Et les infirmières sont les premières à subir les décisions prises avec des indicateurs financiers.

Ils veulent de la rentabilité et donc que les séjours s’enchaînent.

La cadence devient infernale et on stresse…

Alors quel est le lien entre la sophrologie et ce que je suis en train de vous raconter ?

Une infirmière peut légitimement se poser des questions sur son avenir professionnel et sur sa volonté de se reconvertir professionnellement.

Mais dans quel métier ?

Les infirmières que j’accompagne me parlent parfois de sophrologie.

Sûrement parce que le besoin de relaxation après des heures de service éprouvantes se fait sentir, la sophrologie peut paraître attirante pour retrouver une paix intérieure.

Ce calme qui fait du bien au corps et à l’esprit.

J’ai préparé cet article pour vous aider à comprendre un peu mieux ce métier et comment une infirmière peut se reconvertir en tant que sophrologue.

 

 

Qu’est-ce que la sophrologie ?

 

Vous avez sûrement déjà une idée de cette discipline si vous lisez cet article mais une piqûre de rappel peut faire du bien.

Il s’agit d’une méthode qui peut être utilisée comme technique thérapeutique ou comme une philosophie de vie.

Elle est non tactile.

Elle se base uniquement sur des méthodes verbales pour agir sur le corps et le mental.

Pour cela, elle va combiner des exercices centrés sur la respiration, la décontraction musculaire et la visualisation.

A force de pratique, cette méthode permet de trouver un état de bien-être et d’avoir une meilleure connaissance de soi pour faire face au quotidien avec sérénité.

 

 

Reconversion infirmière en sophrologue : pourquoi devenir sophrologue ?

 

La question d’une reconversion professionnelle quand on est infirmière peut surgir à tout moment.

Et surtout lorsqu’on est sur la corde raide.

Il ne faut pas attendre le burn-out pour se poser des questions sur son avenir.

Cet article pourra vous aider à faire un point complet sur les possibilités de reconversion du métier d’infirmière et comment faire le point.

Mais alors, pourquoi devenir sophrologue ?

En tant qu’infirmière, on a déjà des qualités professionnelles sur lesquelles on peut s’appuyer.

En effet, pour devenir sophrologue, il faut aimer l’aide à la personne et savoir accompagner.

Une des frustrations qu’on peut avoir avec les cadences imposées par la profession d’IDE est de ne pas accorder suffisamment de temps à nos patients.

A l’inverse, en étant sophrologue, on doit surtout développer des qualités d’écoute et de bienveillance pour pouvoir offrir aux patients un accompagnement de qualité.

Une activité de sophrologue s’exerce en tant qu’indépendant.

Il faut donc que vous soyez déterminée à avoir votre propre projet et que vous ayez une âme d’entrepreneure pour lancer votre activité et assurer sa pérennité.

 

 

Comment devenir sophrologue ?

 

Avant de faire une reconversion infirmière en sophrologue, il faut savoir que ce métier n’est pas réglementé en France.

Ce qui veut dire que vous pouvez vous installer en tant que tel mais ce n’est pas du tout recommandé.

En effet, nous parlons ici de devenir sophrologue et dans une démarche éthique vis-à-vis du patient, il est impératif d’avoir suivi une formation de qualité avant d’exercer.

C’est un prérequis indispensable pour acquérir les compétences et le professionnalisme nécessaires pour avoir une réelle confiance en votre pratique du métier.

La difficulté principale que vous pouvez rencontrer lors de votre choix de formation est qu’il n’existe aucun diplôme d’état de sophrologie.

Pour vous assurer de choisir une bonne école, vous devez vérifier qu’elle respecte un certain nombre de points parmi lesquels :

  • Diplôme inscrit au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles) de niveau III.
  • Adhésion à une organisation ou syndicat professionnel.
  • Certificat de qualification délivré par l’ISQ (Qualification des Services Intellectuels).
  • Respect des exigences de formation définies par l’Etat.
  • Pratique de la sophrologie en présentielle. Pas de formation à distance.
  • La formation doit totaliser au minimum 300 heures, réparties en 6,12 ou 24 mois.

 

 

Où peut-on exercer en tant que sophrologue ?

 

Comme on l’a vu précédemment, le métier de sophrologue est essentiellement une profession libérale.

Le lieu pour pratiquer est donc bien souvent un cabinet.

Pratique pour s’implanter dans une région géographique précise, gérer les rendez-vous sans avoir à se déplacer, le cabinet permet également de proposer aussi bien des séances individuelles que collectives.

Mais il est aussi possible de se déplacer.

En effet, ce métier peut se pratiquer chez les particuliers qui ne peuvent se rendre au cabinet.

Comme il peut aussi se pratiquer dans les entreprises qui souhaitent offrir à leurs salariés des ateliers de bien-être au travail ou de cohésion de groupe.

Il est également possible d’exercer dans des structures spécialisées comme des maisons de retraite, des centres de remise en forme ou de thalassothérapie.

 

 

Reconversion infirmière en sophrologue : quelle est la rémunération ?

 

C’est un point important à aborder si vous envisagez une reconversion professionnelle en tant que sophrologue.

Vous devez savoir comment vous rémunérez en exerçant ce métier avant de lancer votre activité.

On prendra ici comme critère de rémunération la pratique en libéral car c’est la plus courante.

Pour pouvoir déterminer la rémunération d’un sophrologue libéral, il faut calculer le chiffre d’affaire qui dépend du nombre d’heures travaillées, du nombre de prestations, et du montant des prestations.

Le prix d’une séance individuelle en moyenne s’élève à 50€ et à 15€ par personne pour les séances collectives.

En entreprise, les prix de groupe varient entre 90 et 150€.

Pour calculer la rémunération, en partant du chiffre d’affaire, il faut obtenir le résultat net (vous pourrez alors le comparer avec le salaire d’une infirmière) :

  1. Si le sophrologue bénéficie de l’aide aux créateurs d’entreprise (ACCRE), il sera exonéré de cotisations sociales la 1ère année et son bénéfice sera donc équivalent à son chiffre d’affaire. Par exemple, si vous réalisez 8 séances individuelles par semaine à 50€ sur 1 mois, vous toucherez 1 730€.
  2. Si le sophrologue libéral opte pour un statut d’auto-entrepreneur et qu’il a plus de 3 ans d’activité, il ne bénéficie pas de l’ACCRE. S’il réalise un chiffre d’affaire de 3 500 euros sur 1 mois, son bénéfice s’élèvera autour de 2 700 euros.

 

Dans les 2 exemples, il faudra ensuite déduire le prix des charges comme le local professionnel ou l’assurance.

Enfin, d’après le journal du net, un sophrologue gagne entre 207 € bruts et 1 934 € bruts par mois en France, soit un salaire moyen de 1 070 € bruts par mois, avant paiement des charges et impôts.

 

 

Qu’est-ce qu’un bon sophrologue ?

 

Le métier n’est pas réglementé et le risque pour un client est donc de tomber sur un charlatan.

C’est pourquoi, je vous propose de vous mettre dans la tête du client et de vous poser cette question : qu’est-ce qu’un bon sophrologue ?

Cela vous aidera à réussir votre reconversion infirmière en sophrologue.

Pour répondre de façon très simple et en reprenant ce que nous avons déjà vu précédemment, il y a 4 éléments essentiels qui feront de vous un bon sophrologue :

  • Le bouche-à-oreille. Vieux comme le monde, c’est un des systèmes d’évaluation les plus efficaces. Les gens satisfaits parleront de vous.
  • L’école de formation. Bien choisir son école et sa formation est indispensable pour pouvoir prodiguer des séances de sophrologie de qualité.
  • Certification du sophrologue. Il faut vérifier que le titre délivré sur le diplôme, même s’il n’est pas obligatoire, est bien en conformité avec la législation et que le niveau de qualification est satisfaisant.
  • Code de déontologie. Il faut veiller à respecter des règles éthiques et de déontologie dans l’exercice de sophrologue en tant que professionnel.

 

 

Reconversion infirmière en sophrologue – Conclusion

 

Les raisons qui peuvent conduire une infirmière à se reconvertir peuvent s’expliquer par une lassitude au travail ou par un rejet des conditions de travail qui se dégradent.

L’envie d’être plus à l’écoute du patient tout en restant dans l’aide à la personne et le bien-être peuvent attirer les infirmières vers le métier de sophrologue.

Cette profession qui s’exerce surtout en libéral, n’est pas réglementée.

Il faudra donc être vigilante avant de se lancer et veiller à bien choisir votre école et votre formation, si le prix n’est pas un obstacle.

Pour devenir une vraie professionnelle, il faudra compter minimum 300 heures de formation qui s’étaleront entre 1 et 2 ans pour un coût d’environ 3 000€ à 5 000€.

 

 

Pour aller plus loin

 

Un projet de reconversion peut être accompagné de craintes.

Vous pouvez avoir peur de passer à l’action, de l’insécurité financière, de l’échec, du jugement des autres, etc.

Mais je vous rassure tout de suite !

Il est possible de réussir sa reconversion professionnelle !

J’ai déjà accompagné de nombreuses infirmières et peut-être que la prochaine sera vous.

Si vous ne souhaitez pas de formations longues et coûteuses, ou de passer par des bilans de compétences qui ne font que synthétiser ce que vous savez déjà faire, alors je peux vous aider.

Inscrivez-vous à ma série de conseils gratuits ci-dessous pour trouver de l’inspiration dans votre reconversion.

Cela vous aidera dans votre réflexion et nous donnera une base de discussion pour vous aider dans votre nouveau départ !

Charlotte

 

Tu es INFIRMIÈRE et tu aimerais ÉVOLUER professionnellement?

 

7 jours de conseils gratuits pour te donner des idées de reconversion

avec ton diplôme d'infirmière

Ton inscription est confirmée ! Vérifie dans ta boîte mail (et spams), tu as dû recevoir ton 1er conseil !

Pin It on Pinterest

Share This